La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 718,15
    -934,47 (-4,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Fiscalité des entreprises : Bruno Le Maire dévoile le calendrier de la suppression de la CVAE

Bloomberg / Getty Images

La suppression de contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), un impôt de production que le gouvernement voulait faire disparaître entièrement en 2023, sera finalement étalée sur deux ans, a annoncé lundi 12 septembre le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, confirmant une information des Echos. "Nous supprimerons cet impôt de production en deux fois, sur 2023 et sur 2024", a déclaré le ministre sur LCI, ajoutant que "nous le ferons en deux fois par souci d'équilibre de nos finances publiques". "En 2023, il y aura une baisse de quatre milliards des impôts de production", a-t-il assuré. La CVAE rapporte actuellement environ le double.

Bruno Le Maire a néanmoins voulu rassurer les chefs d'entreprise sur l'engagement pris. "Cette trajectoire en deux temps sera inscrite dans le budget 2023 pour que toutes les entreprises, notamment les industries auxquelles j'attache une importance vitale, aient l'assurance que effectivement cet impôt de production sera supprimé en 2024", a-t-il ajouté. La possibilité d'un étalement sur deux ans de la suppression de la CVAE avait été évoquée par le journal Les Echos dès jeudi. Le ministère des Comptes publics n'avait pas alors souhaité commenter cette information, sans toutefois la démentir.

La perspective de cet étalement a fait réagir vivement le Medef. "Nous ne comprendrions pas que la CVAE soit une variable d'ajustement budgétaire au moment où les entreprises souffrent également de l'inflation, de l'intensification de la concurrence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : un vaccin Pfizer contre des sous-variants d'Omicron autorisé en Europe
Le chèque alimentaire absent du budget 2023, mais "l'idée n'est pas rejetée"
Soupçons d'emploi fictif : Fabien Roussel entendu par la police
Justice : Eric Dupond-Moretti annonce une très grosse hausse des salaires pour les juges
Ukraine : Macron demande à Poutine de "retirer les armes lourdes et légères" de la centrale de Zaporijjia