Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 385,26
    +398,86 (+1,05 %)
     
  • Nasdaq

    15 501,57
    +219,56 (+1,44 %)
     
  • Nikkei 225

    37 438,61
    +370,26 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0662
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,69
    +287,55 (+1,77 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 337,66
    +1 535,89 (+2,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 404,22
    -1,78 (-0,13 %)
     
  • S&P 500

    5 028,33
    +61,10 (+1,23 %)
     

Ferrari 288 GTO : une quadra très en forme

Avec la Ferrari 288 GTO, le styliste Leonardo Fioravanti a signé l'un de ses chefs-d'œuvre.  - Credit:Ferrari
Avec la Ferrari 288 GTO, le styliste Leonardo Fioravanti a signé l'un de ses chefs-d'œuvre. - Credit:Ferrari

Si Ferrari n'a jamais quitté la Formule 1, la présence de la marque au cheval cabré a en revanche connu de longues éclipses dans d'autres disciplines telles que les compétitions réservées aux modèles de Grand Tourisme. C'est pour y préparer son retour à l'occasion de la création de la nouvelle réglementation dite « Groupe B » qu'Enzo Ferrari prit en 1983 la décision de développer un modèle spécifiquement dans cette optique. Baptisée 288 GTO pour Gran Turismo Omologato en référence à cet emploi et en hommage à la mythique 250 GTO de 1962, cette berlinette fut présentée au public lors du Salon de Genève 1984 comme une version à très hautes performances du coupé 308 de la marque.

À LIRE AUSSI Bugatti, Ferrari, Citroën : des bolides aux enchères

 - Credit: ©  Ferrari
- Credit: © Ferrari

La 288 GTO se distingue au premier coup d'œil d'une 308 par les projecteurs encadrant sa calandre. © Ferrari

V8 biturbo

Conçue par l'ingénieur Nicola Materazzi qui avait notamment travaillé préalablement au département moteur de l'équipe de F1, la 288 GTO se distinguait en effet par son V8 de 2,855 l de cylindrée suralimenté par deux turbocompresseurs ce qui lui permettait de développer la puissance pour l'époque stratosphérique de 400 ch. Une particularité qui imposa une disposition longitudinale de la mécanique, et donc un net allongement de l'empattement et de la carrosserie de la voiture. Ajoutez-y la nécessité d'utiliser des pneumatiques plus larges pour maîtriser une telle puissance et il s'avéra nécessaire de comp [...] Lire la suite