Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 966,68
    +55,08 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 872,57
    +17,21 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 131,53
    +62,42 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0823
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 045,80
    +15,10 (+0,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 593,50
    +395,04 (+0,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,57
    -2,04 (-2,60 %)
     
  • DAX

    17 419,33
    +48,88 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 706,28
    +21,79 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    15 996,82
    -44,80 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    5 088,80
    +1,77 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2673
    +0,0015 (+0,12 %)
     

“La Fed voit le ciel s’assombrir sur l’économie, l’emploi et l’inflation”, la remontée des taux va-t-elle caler ?

Al Drago/Bloomberg via Getty Images

Suite aux difficultés rencontrées récemment par quelques banques régionales américaines, il était légitime de s’interroger sur la volonté de la Fed de poursuivre son cycle de hausses de taux directeurs. Si elle a bien procédé à une nouvelle hausse de taux de 0,25 point de pourcentage et porté la fourchette de taux directeurs à 4,75/5%, elle a vraiment instillé le doute sur une éventuelle poursuite du cycle. C’est que les membres de la Fed estiment que l’épisode de tensions sur les banques va laisser des traces sur l’économie américaine. En effet, le communiqué indique : “Les développements récents vont vraisemblablement déboucher sur des conditions de crédit plus dures pour les ménages et les entreprises et peser sur l’activité économique, les embauches et l’inflation. L’ampleur de ces effets est incertain”.

Sur ce plan, il convient de rappeler que l’enquête trimestrielle de la Fed auprès des banques américaines réalisée en janvier faisait déjà état d’une demande moindre de crédit bancaire de la part des entreprises et des ménages et de conditions de prêt durcies de la part des banques. Il est d’ailleurs notamment marquant que le crédit bancaire aux entreprises aux Etats-Unis ait connu une croissance nulle sur les trois derniers mois. En conférence de presse, Jerome Powell a clairement expliqué que le durcissement supplémentaire des conditions de crédit qui est en train de se mettre en place était équivalent à une augmentation des taux directeurs. C’est précisément pour cette raison (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Arabie saoudite : après le rachat de Credit suisse, le n°1 de la Saudi National Bank démissionne
CAC 40 : après le plongeon de Deutsche Bank, la Bourse de Paris rebondit
"Donne officine qui fonctionne très bien", le geste résigné d'un pharmacien breton
En proie aux difficultés financières, Twitter ne coûte plus que la moitié de son prix de vente estime Elon Musk
Un fonds de 1 million d’euros va aider les femmes entrepreneures de plus de 45 ans