Publicité
La bourse ferme dans 1 h 46 min
  • CAC 40

    7 953,63
    -0,76 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 886,72
    +2,95 (+0,06 %)
     
  • Dow Jones

    39 001,00
    +51,98 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,0847
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    2 056,80
    +14,10 (+0,69 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 158,43
    +2 534,97 (+4,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,82
    +0,28 (+0,36 %)
     
  • DAX

    17 722,45
    +121,23 (+0,69 %)
     
  • FTSE 100

    7 668,80
    +43,82 (+0,57 %)
     
  • Nasdaq

    16 066,06
    +118,32 (+0,74 %)
     
  • S&P 500

    5 090,79
    +21,03 (+0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    39 166,19
    -41,84 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,44
    -25,41 (-0,15 %)
     
  • GBP/USD

    1,2665
    +0,0005 (+0,04 %)
     

Face au mal-logement, une association veut faire réquisitionner les logements vacants

Robert Herhold/Adobe Stock

Et si les biens non occupés étaient réquisitionnés pour loger des familles en difficulté ? C'est ce que souhaite l'association nationale de défense des consommateurs et usagers CLCV, afin de lutter contre le mal-logement, comme le relate Le Parisien. L'organisme réclame qu'"un plan de réquisition des locaux vacants soit élaboré afin de pouvoir répondre, même temporairement, à la problématique du mal-logement en France".

Alors que la proposition de loi anti-squat renforce le droit à la propriété, CLCV déplore le manque d'intérêt des parlementaires pour les "4 millions de personnes mal logées, dont 300.000 sans domicile fixe". L'association appelle donc l'exécutif à utiliser "les outils à notre disposition, mais dont les pouvoirs publics, pour des raisons essentiellement électoralistes, ne souhaitent pas entendre parler" pour réquisitionner les logements vacants.

En échange, les propriétaires pourraient recevoir une indemnité de la part de l’État, avance le président de CLCV Jean-Yves Mano. Il existerait pas moins de 3,1 millions de logements vacants (8,3 %) au 1er janvier 2022, selon l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur).

Du côté du Gouvernement, cette idée ferait son chemin. Contacté par Le Parisien, le ministère du Logement reconnaît que cela pourrait être "un levier à explorer". "Il y a déjà des réquisitions de locaux publics notamment. Les logements privés peuvent aussi être réquisitionnés, dans le cadre de la réquisition avec attributaire, mais cela prend souvent plusieurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Travaux d’isolation thermique : découvrez les aides financières de 2023
Immobilier : les constructeurs militent pour un bouclier logement
Investir dans une passoire thermique : rénovez en profitant des nouvelles aides
Comment accélérer une demande de logement social ?
Installation d’une pompe à chaleur : quelles aides financières en 2023 ?