Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 442,39
    -744,53 (-1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 396,07
    -21,80 (-1,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Un employeur peut-il convoquer une salariée à un entretien préalable de licenciement durant un congé maternité ?

AlcelVision/Adobe Stock

Le cas : Alors qu’elle est en congé maternité, une responsable marketing travaillant chez un comparateur d’assurances en ligne reçoit une lettre de convocation à un entretien préalable à un éventuel licenciement, dont la tenue est programmée quelques semaines après son retour. Estimant cette mesure illégale, cette salariée réclame réparation devant la justice. La cour d’appel lui donne tort, mais pas la Cour de cassation (1).

La réponse de l’avocat : On croit souvent qu’une femme enceinte ou qui vient d’accoucher ne peut jamais être licenciée. En réalité, cela est vrai uniquement durant son congé maternité lui-même et les éventuelles vacances prises dans la foulée. Avant son départ (une fois qu’elle a annoncé sa grossesse) et après son retour, durant dix semaines, la protection n’est plus que relative. Autrement dit, la salariée peut être licenciée, mais seulement en cas de faute grave ou d’impossibilité de maintenir son contrat de travail, par exemple si l’entreprise fait faillite.

Mais qu’en est-il des préparatifs du licenciement ? Sur ce point précis, le Code du travail ne dit rien. Sous l’influence du droit européen, une jurisprudence s’est toutefois développée, ces dernières années, avec plusieurs décisions de la Cour de cassation interdisant plus largement aux employeurs de prendre des mesures visant à aboutir au licenciement d’une salariée qui attend un enfant. Aucune définition n’existant de ce qu’est une mesure préparatoire, c’est au juge de trancher au cas par cas. On (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Seniors au chômage : à quelles indemnités peuvent-ils prétendre ?
Jobs d’été : ce grand réseau de transports en commun recrute des conducteurs de tramway
Licenciement, rupture conventionnelle… un nouvel outil pour calculer vos allocations chômage
Jusqu'à 175 000 euros par an : ces îles recherchent médecins et enseignants
Réforme du congé parental : voici le montant qui devrait être versé pendant le «congé de naissance»