Publicité
La bourse ferme dans 4 h 23 min
  • CAC 40

    7 955,52
    -0,89 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 904,56
    -8,36 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    38 989,83
    -97,57 (-0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0852
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    2 132,80
    +6,50 (+0,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 535,49
    +1 487,45 (+2,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,36
    -0,38 (-0,48 %)
     
  • DAX

    17 698,21
    -17,96 (-0,10 %)
     
  • FTSE 100

    7 641,57
    +1,24 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    16 207,51
    -67,39 (-0,41 %)
     
  • S&P 500

    5 130,95
    -6,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    40 097,63
    -11,57 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    16 162,64
    -433,33 (-2,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,2679
    -0,0014 (-0,11 %)
     

Emmanuel Macron veut en finir avec «la France des tracas» pour les entreprises

Pixabay

Son tout nouveau Premier ministre a promis de poursuivre la «simplification drastique de la vie des entrepreneurs» amorcée par le gouvernement ces dernières années ? Le président de la République va encore plus loin, lors de sa conférence de presse de ce mardi 16 janvier, en promettant d'en finir avec «la France des tracas» pour les entreprises, qui doit céder la place à une «France du bon sens». Comment ? Notamment en «supprimant des normes inutiles pour les artisans, les entreprises, normes qui protègent en réalité des rentes», déclare le chef de l'Etat. Ce n'est pas la CPME qui dira le contraire. Au cours des dix dernières années, les pouvoirs publics ont «empilé 567 lois, comptant un total de 17 843 articles, 665 ordonnances, soit 12 442 articles, et 7 451 décrets», déplorait la Confédération des petites et moyennes entreprises lundi, en remettant 80 propositions au chef du gouvernement, Gabriel Attal, pour simplifier la vie des entreprises, ces dernières «étouffant sous l'inflation normative».

Le président de la République entend également «relever les seuils de déclenchement» à partir desquels les entreprises sont soumises à nombre d'obligations. C'est d'ailleurs l'une des 80 propositions formulées par la CPME lundi auprès de Gabriel Attal. La Confédération prône plus précisément le doublement, de 50 à 100 salariés, des seuils imposant aux entreprises de plus de 50 salariés des obligations en matière de dialogue social, de partage des profits ou encore de comptabilité. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Smartphones : Apple détrône Samsung en tête des ventes en 2023
La Fed souffle le froid sur les taux, le CAC 40 et le Dow Jones accusent le coup
TotalEnergies : cas de force majeure activé en Russie pour le méga-projet Arctic LNG 2
CAC 40 : la Chine et les taux inquiètent, la Bourse de Paris rouge vif
Réseaux sociaux: Emmanuel Macron entend «reprendre le contrôle des écrans»