Publicité
La bourse ferme dans 2 h 36 min
  • CAC 40

    7 941,88
    -14,53 (-0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 902,12
    -10,80 (-0,22 %)
     
  • Dow Jones

    38 989,83
    -97,57 (-0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 136,50
    +10,20 (+0,48 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 445,11
    +2 117,80 (+3,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,00
    -0,74 (-0,94 %)
     
  • DAX

    17 704,49
    -11,68 (-0,07 %)
     
  • FTSE 100

    7 639,97
    -0,36 (-0,00 %)
     
  • Nasdaq

    16 207,51
    -67,39 (-0,41 %)
     
  • S&P 500

    5 130,95
    -6,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    40 097,63
    +186,83 (+0,47 %)
     
  • HANG SENG

    16 162,64
    -433,33 (-2,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,2689
    -0,0005 (-0,04 %)
     

EasyJet : un avion évite le crash de justesse près du lac Léman

© Julien Sarboraria

Pour une raison encore inexpliquée, l'Airbus A320 Neo immatriculé G-UZLO, qui reliait Edimbourg, en Écosse, à Genève s'est retrouvé à quelque 230 mètres (750 pieds environ) de la surface de l'eau à un endroit où son altitude aurait dû être plus de trois fois supérieure, le 5 novembre dernier. C'est le quotidien La Tribune de Genève qui révèle cette information, ce mardi 6 février.

«Lors de l'approche de la piste 22, l'avion est descendu nettement en dessous de l’alignement de descente et l’équipage de conduite a entamé une remise des gaz», confirme le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE) dans un rapport dit de première information très succinct publié le 16 janvier. EasyJet est une compagnie low-cost créée en 1995 et elle n'a jamais connu de crash. L'aéroport de Genève est un des principaux hub de l'entreprise, qui est la deuxième compagnie low-cost d'Europe, derrière Ryanair.

Selon la Tribune de Genève, la tour de contrôle de l'aéroport de Genève Cointrin a alerté l'équipage en même temps que celui-ci était aussi averti de l'altitude trop faible par le système d'alerte du bord. Pour l'heure, il n'y a pas d'explication au fait que l'avion volait beaucoup trop bas, mais un pilote et un ancien contrôleur aérien, ayant souhaité conserver l'anonymat et interrogés par le journal, semblent pointer du doigt l'erreur humaine. «Je ne sais pas ce qu’il s’est passé dans le cockpit ce jour-là, mais c’est là que doit se trouver la clé de l’explication», analyse le pilote interrogé par (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Snapchat : c’est l’hécatombe, plus de 500 salariés de la maison mère mis sur la touche
Stellantis dément les rumeurs de fusion avec Renault, l’Italie très remontée
IKKS prévoit la fermeture de dizaines de magasins et une coupe drastique des effectifs
Des centres d'épilation ferment sans prévenir, des clientes laissées sur le carreau
Classement : voici les 13 femmes les plus riches de France