Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 195,59
    +2 175,98 (+3,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,71
    +45,81 (+3,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Duralex: trois offres de reprise déposées pour sauver la verrerie

Le logo Duralex au fond d'un verre, à la verrerie de La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), le 1er juillet 2021 (GUILLAUME SOUVANT)
Le logo Duralex au fond d'un verre, à la verrerie de La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), le 1er juillet 2021 (GUILLAUME SOUVANT)

Trois offres de reprise ont été déposées pour relancer la verrerie Duralex, placée en redressement judiciaire le 24 avril par le tribunal de commerce d'Orléans, a-t-on appris mardi de sources proches du dossier.

La mieux disante de ces offres est la proposition de Société coopérative de production (Scop), soutenue par 60% du personnel et portée par la direction du site qui emploie 228 salariés à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), commune de l’agglomération d’Orléans.

Cette offre prévoit le maintien de la totalité de l'effectif et a obtenu l'appui des élus locaux.

La métropole d’Orléans a proposé de racheter le site de la verrerie, pour une somme évaluée entre cinq et huit millions d'euros, afin d’aider à convaincre les banques de financer le projet.

PUBLICITÉ

La région Centre-Val de Loire a également promis son soutien sous forme de garantie bancaire.

La deuxième offre est celle de la SARL Tourres et Cie, détenue par Stéphanie et Adrien Tourres.

Ils possèdent deux verreries, Waltersperger (Seine-Maritime), reprise en 2018 et spécialisée dans le flaconnage de luxe pour la cosmétique avec une quarantaine de salariés, et La Rochère (Haute-Saône) qui compte une centaine d’emplois et travaille notamment pour les arts de la table.

Leur plan prévoit de conserver 179 salariés et envisage l’instauration de synergies techniques et commerciales au sein du groupe.

La CFDT estime que même si cette offre ne conserve pas l'intégralité des emplois, elle doit néanmoins être "prise au sérieux et étudiée".

La troisième offre émane de Carlesimo Investissements/GCB Investissements, groupe industriel familial qui possède deux fonderies, Navylest International, spécialisé dans les quilles en plomb pour les bateaux, et Lory International. Elle ne propose la reprise que de 79 emplois.

Selon la CFDT, un quatrième repreneur potentiel s’était manifesté, mais a finalement décidé de ne pas présenter d’offre après s’être entretenu avec des élus du Comité social et économique (CSE).

Ces propositions seront examinées par le tribunal de commerce d’Orléans lors d’une audience le 17 juillet.

Duralex, réputé dans le monde entier pour ses verres de cantine ultra résistants, connaît des difficultés récurrentes depuis plus de vingt ans.

La verrerie est actuellement aux mains de la Compagnie Française du Verre, également propriétaire de Pyrex, qui l’avait reprise à la barre de ce même tribunal en 2021.

cor/mas/ktr