Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 077,95
    -538,72 (-0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Droits de succession, impôts… ces questions que nous n’avons pas pu poser à Macron

Des réponses, mais encore beaucoup de questions… C’est le sentiment qui se dégage au lendemain de la conférence de presse organisée par le président de la République à l’Elysée, mardi 16 janvier. Une grand-messe présidentielle à laquelle Capital a assisté en compagnie d’une foule de journalistes français et étrangers, du gouvernement de Gabriel Attal et de l’Etat-major de l’Elysée. Un exercice face à la presse que goûte peu Emmanuel Macron, même s’il lui permet de démontrer à chaque fois sa grande maîtrise technique des dossiers.

Sur le fond, le chef de l’Etat a donné mission au gouvernement de tout faire pour que «dès cette année, le travail paie mieux». Pour lutter contre l’inquiétante chute des naissances dans l’Hexagone, le Président a aussi annoncé la mise en place d’un «congé de naissance», plus court et mieux rémunéré que l’actuel «congé parental». Mettre fin aux déserts médicaux figure également à la feuille de route du gouvernement Attal, tout comme le «réarmement civique» à l’école.

>> Notre service - vol annulé / retardé, êtes-vous éligible à une indemnisation ?

En revanche, les 8,7 millions de téléspectateurs qui ont regardé hier soir la conférence de presse sont sans doute restés sur leur faim à l’évocation de la baisse d’impôt promise de longue date par le chef de l’Etat. Emmanuel Macron a confirmé qu’elle serait de deux milliards d’euros et qu’elle interviendrait bien en 2025. Une baisse d'impôt qui devrait toucher les classes moyennes… «On aura 2 milliards d’euros (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Assurance vie : jusqu’à 4,60% de rendement en 2023 chez BoursoBank (ex-Boursorama banque)
Assurance vie : les taux maximums proches de 4% en 2023 chez Crédit agricole et LCL
Prix de l’électricité : pourquoi l’option heures creuses reste très intéressante cet hiver ?
Santé : vos médicaments seront moins bien remboursés en 2024, confirme Emmanuel Macron
Grâce à cette influenceuse, l'accès aux caisses prioritaires des magasins Leclerc ne sera plus payant