La bourse ferme dans 4 h 57 min
  • CAC 40

    6 744,41
    +5,86 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 983,33
    +18,61 (+0,47 %)
     
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0437
    +0,0029 (+0,28 %)
     
  • Gold future

    1 793,00
    +33,10 (+1,88 %)
     
  • BTC-EUR

    16 363,88
    +58,41 (+0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,48
    +3,79 (+0,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,36
    +0,81 (+1,01 %)
     
  • DAX

    14 482,51
    +85,47 (+0,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 579,05
    +6,00 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    +257,09 (+0,92 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2152
    +0,0090 (+0,75 %)
     

Désert médical : une liaison aérienne Nevers-Dijon pour attirer les médecins ?

WavebreakMediaMicro/Adobe Stock

C'est une proposition pour le moins surprenante que vient de faire le maire de Nevers. Face à la pénurie de soignants que connaît l'hôpital local, Denis Thuriot souhaiterait mettre en place une liaison aérienne entre les aéroports de Nevers-Fourchambault et de Dijon-Bourgogne, distants de 150 kilomètres, relate Air Journal. Objectif : faire venir plus facilement les médecins. L'édile met en avant la durée de trajet de 35 minutes par les airs contre 2h30 en voiture ou en train, aucune liaison TGV n'existant sur cette ligne.

"La plupart des personnels soignants qui pourraient nous aider nous disent 'moi je veux rentrer chez moi le soir, je veux voir ma famille, je veux voir mes enfants', je peux l’entendre et en 35 minutes ça change la donne", explique Denis Thuriot au micro de BFMTV.

Concrètement, l'édile souhaiterait qu'une compagnie aérienne puisse assurer la liaison entre les deux villes bourguignonnes dans un petit avion "d’une quinzaine de places". Des rotations que le maire de Nevers (LREM) a chiffrées à 13.000 euros par trajet. "Entre laisser mourir les gens parce qu’ils n’ont pas les bons soins, et utiliser un avion, le choix il est vite fait", poursuit-il auprès de France 3. D'autant que selon lui, cette stratégie serait financièrement plus intéressante que de faire appel à des spécialistes intérimaires payés entre 1.500 et 3.000 euros la journée.

À l'heure où les vols intérieurs sont pointés du doigt, la proposition du maire de Nevers n'a évidemment pas été accueillie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les menus végétariens servis dans les écoles sont trop souvent industriels
Nouvelle convention médicale : les négociations entre médecins et Sécu reprendront la semaine prochaine
Superprofits : les taxer pourrait rapporter bien plus que prévu, plaident des économistes
Gad Elmaleh n'a pas touché un si gros pactole pour la réalisation de "Reste un peu"
Une future adjointe d’Anne Hidalgo accusée de harcèlement