Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 133,16
    +563,49 (+0,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 347,56
    -12,77 (-0,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Dérivés du cannabis : ces nouveaux produits bientôt interdits en France

Pixabay

Dès le 3 juin, de nombreux produits à base de cannabis vont être interdits en France. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a classé vendredi 24 mai sur la liste des stupéfiants de nouveaux composés dérivés du cannabis qui seront interdits à partir du 3 juin en raison de leurs «risques» pour la santé. Les molécules concernées sont les cannabinoïdes hémisynthétiques H4-CBD et H2-CBD, issues de la transformation des substances naturelles de la plante par un processus chimique, et des cannabinoïdes purement synthétiques. Vendus notamment sur internet et dans des boutiques de CBD, ces produits se présentent sous la forme d’huile, de résine, d’herbe, de spray, de bonbons ou gummies, de liquides pour cigarettes électroniques.

«A partir du 3 juin, leur production, leur vente et leur usage notamment, seront interdits en France», annonce le gendarme du médicament dans un communiqué. Cette décision fait «suite à des signalements de consommation qui ont entraîné des effets graves sur la santé des usagers», a indiqué à l'AFP, Agnès Laforest-Bruneaux, directrice adjointe de la direction de la surveillance à l'ANSM. Ces substances sont classées comme des stupéfiants parce qu'elles ont «des effets psychoactifs, elles agissent sur le système nerveux central, sur les aspects de perception, les sensations, l'état de conscience», explique la spécialiste. «Elles présentent des risques pour le consommateur parce qu'elles miment les effets du THC, principal composant psychoactif du cannabis, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Reconversions ratées, plateforme peu intuitive… les nombreux défauts du CPF pointés du doigt
Les États-Unis accusent la Russie d’avoir laissé «une arme spatiale» en orbite
Nucléaire, crise agricole, droits de douane… que retenir du débat entre Gabriel Attal et Jordan Bardella ?
Flambée de la taxe foncière, l’indemnisation du chômage ciblée… L'actu éco en 120 secondes
Harpe, pelle… ces nouveaux emojis qui pourraient se retrouver dans vos smartphones