Publicité
La bourse ferme dans 5 h 43 min
  • CAC 40

    8 124,34
    -71,62 (-0,87 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 041,06
    -33,28 (-0,66 %)
     
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    +0,0013 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    2 420,20
    -18,30 (-0,75 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 242,09
    +3 683,99 (+5,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 525,79
    +37,25 (+2,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,11
    -0,69 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 675,16
    -93,80 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 392,17
    -32,03 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,2715
    +0,0008 (+0,07 %)
     

Les dépenses contraintes des Français en baisse, bonne nouvelle pour le pouvoir d'achat ?

bnenin/Adobe Stock

Une bouffée d’oxygène bienvenue sur le front du pouvoir d’achat. Selon le sixième indice des dépenses contraintes réalisé par Lesfurets et l'institut CSA Research pour le compte du Parisien, les dépenses que les Français consacrent à l'électricité, l'assurance, le loyer ou le crédit immobilier, ont diminué de 5 % cette année. Ces dépenses contraintes représentent désormais 35 % des revenus des Français, contre 38 % il y a un an, avec une moyenne de 1 133 euros par mois. Cependant, des disparités persistent, notamment chez les personnes vivant seules pour qui ces charges fixes pèsent encore 46 % du budget. Pour la classe moyenne inférieure âgée de 25 à 49 ans, cette proportion atteint même 61 %.

La diminution des dépenses contraintes est surtout portée par trois postes majeurs dans le budget des ménages. En premier lieu, le budget alloué au loyer ou à un crédit immobilier a baissé de 680 à 642 euros, en raison d'un secteur immobilier en berne. De même, les dépenses liées au crédit à la consommation et au carburant reculent, reflétant une tendance à la baisse de l'inflation. Les dépenses consacrées aux assurances et à la santé affichent une stabilité globale, et même une diminution des dépenses liées à l'automobile, en raison notamment d'un parc vieillissant.

Ces évolutions contribuent à redessiner la hiérarchie entre les régions, avec l’Île-de-France (1 138 euros par mois soit 29 % des revenus mensuels moyens) perdant sa position dominante des régions aux dépenses contraintes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Succession : les Français ignorent toujours le PER… et c’est une grosse erreur
Déclaration de revenus : que risquez-vous en cas d’erreur ou de retard ?
Impôt : les femmes n’auront plus à payer les dettes fiscales de leur ex-conjoint
Immobilier : «J’ai 80 000 euros, comment les placer pour acheter un bien d'ici 2 ans ?»
Placements : copier les investissements des ultrariches, c'est possible