La bourse ferme dans 59 min
  • CAC 40

    6 121,22
    +73,91 (+1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 569,93
    +31,05 (+0,88 %)
     
  • Dow Jones

    31 542,68
    +104,42 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,0517
    -0,0069 (-0,65 %)
     
  • Gold future

    1 826,10
    +1,30 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    19 865,76
    +40,37 (+0,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,72
    +6,66 (+1,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,63
    +1,06 (+0,97 %)
     
  • DAX

    13 305,09
    +119,02 (+0,90 %)
     
  • FTSE 100

    7 354,32
    +96,00 (+1,32 %)
     
  • Nasdaq

    11 478,88
    -45,68 (-0,40 %)
     
  • S&P 500

    3 903,89
    +3,78 (+0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    22 418,97
    +189,45 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,2205
    -0,0065 (-0,53 %)
     

"Dénonçons les voitures-radars privatisées qui fliquent anonymement les automobilistes !"

Connaissez-vous le principe des voitures-radars privatisées ? Dans l’arsenal répressif dont l’État dispose pour fliquer le conducteur à distance, de manière automatisée et implacable, ce dispositif passe encore moins que les autres auprès des automobilistes. Une voiture-radar, ce n’est pas nouveau. À bord, elle embarque tout le matériel nécessaire pour flasher les contrevenants. Mais à l’origine, elle était conduite par un représentant des forces de l’ordre avec, à sa droite, un collègue opérateur.

En cas de comportement dangereux d’un automobiliste ou d’un motard, le duo était également missionné pour entamer le dialogue, faire de la prévention, de la pédagogie et, le cas échéant, verbaliser. Mais le gros défaut de ce système, c’est que policiers et gendarmes ne conduisaient ces véhicules qu’à peine plus d’une heure par jour en moyenne, parce qu’il y a aussi des vrais méchants – pardon pour la vision simpliste – dont il faut s’occuper par ailleurs.

>> Notre service - Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Auto

Les voitures-radars privatisées (d’ici à la fin de l’année, elles seront quatre cents à sillonner les routes de France, pour atteindre un nombre respectable de 450 à terme) signent la fin du sous-emploi de ces véhicules bardés de technologie. L’idée géniale de l’État, c’est de sous-traiter leur conduite, en passant par des entreprises privées chargées d’embaucher des chauffeurs… payés à plein temps. Comptez cinq heures trente à six heures par jour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Rétrofit : "l'enjeu, c'est de pouvoir circuler dans les ZFE" avec son vieux véhicule
Fin du moteur thermique, pollution des pneus de voitures… le JT Auto
Fin des voitures thermiques en 2035 : “Il faudra s'habituer à avoir moins d'autonomie”
Des automobilistes piégés par une mauvaise blague
Tesla : l'enquête sur les collisions avec des véhicules d'urgence étendue

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles