Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 929,76
    +94,90 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    17 864,42
    +2,18 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0714
    -0,0035 (-0,32 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 592,01
    +48,91 (+0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 347,96
    -34,71 (-2,51 %)
     
  • S&P 500

    5 492,08
    +5,05 (+0,09 %)
     

Dégradation de la note de la France : «Il faut relancer le Logement pour sauver notre pays»

Dégradation de la note de la France : «Il faut relancer le Logement pour sauver notre pays»

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances, de la Souveraineté industrielle et numérique, a beau dire que cela ne changera rien, l’abaissement par l’agence Standard and Poor’s de la note souveraine de notre pays est une bien mauvaise nouvelle. Elle a d’abord une origine peu flatteuse : le regard porté par des experts indépendants sur la gestion des finances publiques de la France est sévère et il révèle une impéritie coupable. Non, nos exécutifs successifs n’ont pas fait les choix qui eussent conduit à un meilleur équilibre et ont à la fois trop dépensé et pas assez créé les conditions de création de la richesse. Certes, l’actuel locataire de Bercy s’inscrit à cet égard dans une longue lignée, mais il est aux affaires depuis sept ans, en charge de ce portefeuille, d’ailleurs à cet égard détenteur du record de longévité. Il aura du mal à faire accroire que sept années aux commandes ne lui ont pas permis de redresser les torts attribués à ses prédécesseurs.

Et puis Bruno Le Maire aura été le plus dépensier de tous les grands argentiers français pour des raisons circonstancielles exceptionnelles : l’arrêt de l’économie au moment de la pandémie, menaçant les entreprises et les ménages d’asphyxie, l’a placé devant l’obligation d’user de moyens inédits pour mettre sous perfusion les organismes affaiblis. Selon sa propre expression, le quoi qu’il en coûte aura eu un prix exorbitant. Olivier Dussopt, alors ministre des Comptes publics, évaluait la facture à 424 milliards d’euros. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Crédit immobilier : la baisse des taux se poursuit en juin
Vous déménagez cet été ? Voici 5 astuces pour faire de sacrées économies
«L’immobilier en France va de mal en pis et ce n’est pas fini, gare à la chute»
Immobilier : combien de m² pouvez-vous acheter en juin dans ces 50 villes pour 1 000 euros de mensualité ?
Immobilier : les départements où les prix des maisons à la campagne s’effondrent le plus vite