Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 963,66
    +188,28 (+0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0658
    +0,0011 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 408,60
    +10,60 (+0,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 510,57
    +1 696,79 (+2,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 334,09
    +21,47 (+1,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,34
    +0,61 (+0,74 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 346,71
    -254,79 (-1,63 %)
     
  • S&P 500

    4 978,57
    -32,55 (-0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2379
    -0,0059 (-0,47 %)
     

Le déficit public sera bien plus massif que prévu, Bruno Le Maire actionne «le frein d’urgence»

Le déficit public sera bien plus massif que prévu, Bruno Le Maire actionne «le frein d’urgence»

La croissance française est prévue à la baisse. Résultat : Bruno Le Maire a annoncé mi-février un plan de dix milliards d’euros d’économies sur les dépenses de l'État afin de tenir les ambitions budgétaires. Un nouvel ajustement qui rend la promesse de Bruno Le Maire de ramener le déficit public à 4,4% fin 2024 plus difficile à tenir. Ce plan doit être présenté ce mercredi 6 mars devant les commissions des finances de l’Assemblée nationale et du Sénat. Au cours d’une interview accordée au Monde, le locataire de Bercy a défendu son plan : «Nous faisons un seul choix : le rétablissement des finances publiques. Il doit nous amener sous les 3 % de déficit public en 2027.» Pour Bruno Le Maire, l’objectif est clair : «Un budget à l’équilibre en 2032, ce que nous n'avons pas connu depuis 1974.»

Car le ministre de l’Économie veut aller encore plus loin. Une «première étape» qui ne doit pas remettre en cause «les grandes politiques publiques défendues par le président de la République», à savoir l’environnement, l’éducation, la santé et le travail, dont le budget a été augmenté depuis 2017, rappelle-t-il. Car si le locataire de Bercy estime qu’il est «légitime que l’État donne l’exemple», si on touche aux dépenses sociales, pour parvenir à l’équilibre des finances publiques, «il faut d’autres étapes et un calendrier». Parmi les autres étapes évoquées, le ministre de l’Économie avance un projet de loi de finances rectificative «à l’été, si nécessaire».

La troisième étape serait enfin le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

«Super Tuesday» : le match entre Joe Biden et Donald Trump se confirme
Egypte : la livre s'effondre alors que le taux directeur atteint un niveau record
Service de renseignement financier : pourquoi le directeur de Tracfin a été débarqué brutalement
Radars ultra-précis, appareil-photo révolutionnaire, nano-IRM... Ce que le quantique nous réserve
SNCF : le Conseil d’Etat bloque l’augmentation des prix des péages ferroviaires