Publicité

Cyclone Belal : alerte rouge levée à La Réunion, alerte maximale à l’île Maurice

Pixabay

L'île de La Réunion s'est confinée dimanche avant l'arrivée du cyclone tropical Belal, qui pourrait «marquer l'histoire» de l'île française de l'océan Indien par des vents «dévastateurs» et de nombreux débordements de cours d'eau. «Soyez prudents, restez chez vous. L'Etat est mobilisé à vos côtés», a écrit aux quelques 870.000 habitants de l'île le président Emmanuel Macron dans un message posté sur X. L'île est passée lundi à 06 heures (2 heures GMT) en alerte violette, synonyme de «danger imminent», a annoncé la préfecture en fin de soirée. A partir de ce moment, le confinement strict de la population sera étendu aux services de secours et de sécurité, qui ne pourront plus circuler, et ce, jusqu'à nouvel ordre. Dans les prochaines heures, le cyclone devrait se diriger vers les îles Mascareignes. Céline Jauffret souligne que «Belal arrive du nord-ouest, affectant toute l'île».

«Les conditions météorologiques se sont déjà dégradées dimanche. Le vent se renforcera tout au long de la journée et de la nuit prochaine. Demain soir, nous serons du côté avant du système. Le vent, les vagues et la pluie vont s'intensifier. Si le scénario se confirme pour lundi, c'est-à-dire un cyclone intense, nous sommes confrontés à des valeurs plus élevées», affirme la directrice interrégionale de Météo France pour l'océan Indien, auprès de la 1ère. Le préfet Filippini appelle à la prudence et au respect des règles établies. «Vu la situation, personne ne doit être à l'extérieur lundi», insiste-t-il. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Stanislas Guerini reconduit : pourquoi la réforme de la fonction publique aura-t-elle bien lieu ?
Empreinte carbone des produits de consommation : il faut d’urgence revoir la méthodologie
Ce que va vous rapporter le LEP à 5%, ces candidats qui trafiquent leur dossier pour décrocher une location… Le Flash éco du jour
Neige et verglas : à quoi faut-il s’attendre avec l’arrivée de la dépression Irène ?
Baisse de la natalité : comment la relancer pour financer notre modèle social ?