Publicité
La bourse ferme dans 3 h 54 min
  • CAC 40

    7 654,07
    -52,82 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 931,47
    -19,51 (-0,39 %)
     
  • Dow Jones

    39 411,21
    +260,91 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0715
    -0,0022 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    2 343,70
    -0,70 (-0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 068,70
    +197,41 (+0,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,59
    +24,47 (+1,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,10
    -0,53 (-0,65 %)
     
  • DAX

    18 158,85
    -166,73 (-0,91 %)
     
  • FTSE 100

    8 266,17
    -15,38 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    17 496,82
    -192,54 (-1,09 %)
     
  • S&P 500

    5 447,87
    -16,75 (-0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2685
    -0,0003 (-0,02 %)
     

Crottes de rongeurs, produits périmés... horreur dans la cuisine d'un Ehpad du Val-d'Oise

Hands off my tags! Michael Gaida / Pixabay

C’est la deuxième fermeture de cuisine d’une maison de retraite dans le Val-d’Oise depuis le début de l’année. Lundi 21 août, les services de la Direction départementale de la protection de la population (DDPP) ont procédé à la fermeture administrative de la cuisine de l’Ehpad Les jardins d’Iroise, à Bellefontaine, rapportait Le Parisien mercredi 23 août. Après le bouclage de celle des Tamaris, à Saint-Leu-la-Forêt, en mars dernier, c’est le choc dans le département. Car la cause de la fermeture n’est pas reluisante : manquements graves aux conditions d’hygiène requises.

“Dans la restauration collective, c’est très rare de trouver des manquements aussi importants”, commente Vanessa Hummel-Fourrat, la directrice de la DDPP, auprès de nos confrères. Entre autres, les équipes de ce service sous la houlette de la préfecture ont repéré des produits carnés dont la date de péremption était dépassée, des crottes de rongeurs et un congélateur au ralenti. Résultat : des denrées comme une tarte au thon et à la tomate ont été trouvées recouvertes de glace. Or, “un produit qui a du givre dessus, ça veut dire qu’il a été décongelé", analyse Vanessa Hummel-Fourrat. "Cela pose un vrai risque, les bactéries vont se développer.”

Pire, les plats destinés au portage de repas à domicile étaient même conservés à presque 10 degrés, alors qu’ils devraient l’être à 4 degrés maximum. “Dans ce cas également, des bactéries se développent au-delà de cette température”, commente encore la directrice de la DDPP. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite