Publicité
La bourse ferme dans 6 h 9 min
  • CAC 40

    7 551,29
    -35,26 (-0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 849,37
    -20,75 (-0,43 %)
     
  • Dow Jones

    40 665,02
    -533,08 (-1,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0884
    -0,0017 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    2 421,00
    -35,40 (-1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 814,26
    -795,43 (-1,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,34
    -4,55 (-0,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,71
    -0,11 (-0,13 %)
     
  • DAX

    18 220,35
    -134,41 (-0,73 %)
     
  • FTSE 100

    8 169,13
    -35,76 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    17 871,22
    -125,68 (-0,70 %)
     
  • S&P 500

    5 544,59
    -43,68 (-0,78 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2916
    -0,0031 (-0,24 %)
     

Croissance : l’économie des États-Unis décroche, la Fed pourrait baisser ses taux

Pixabay

Le dollar a abandonné du terrain, mercredi 3 juillet, sapé par une série d'indicateurs inférieurs aux attentes qui ont renforcé les espoirs d'une prochaine baisse de taux d'intérêt de la banque centrale américaine (Fed). Vers 20h15 GMT, le billet vert rendait 0,37% à la monnaie unique, à 1,0786 dollar pour un euro. La devise américaine se repliait aussi face à la livre sterling et au franc suisse. Le secteur privé n'a créé que 150 000 emplois en juin aux États-Unis, au plus bas depuis cinq mois et en deçà des 160 000 nouveaux postes annoncés par les économistes.

Dans le même temps, les nouvelles inscriptions au chômage ont augmenté aux États-Unis, de même que le nombre total de demandeurs d’emploi. En outre, l'institut ISM a constaté que l'activité dans les services s'était contractée en juin, tombant au plus bas depuis mai 2020, soit au début de la pandémie de coronavirus. «Il y a des signes de ralentissement, donc le dollar est sous pression», a expliqué Adam Button, analyste de ForexLive.

Le compte rendu de la dernière réunion de la Fed, publié mercredi, a montré que les banquiers centraux surveillaient de plus près les effets sur l'emploi de leur politique monétaire et qu'ils se préoccupaient des difficultés rencontrées par des ménages modestes du fait des conditions de crédit resserrées. «Cela renforce notre confiance dans le scénario d'une première baisse de taux en septembre», a réagi, dans une note, Ryan Sweet, analyste d'Oxford Economics.

Les opérateurs attribuent désormais (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Dr Martens : ces cailloux dans la chaussure de la célèbre marque de boots punk
Taux d’intérêt : une émission de dette publique française attendue au tournant
Amazon : contrat avec l’Australie pour un cloud de données ultra-secrètes dans la défense
Tesla : en Bourse, la remontada du géant des voitures électriques va-t-elle s’amplifier ?
JO 2024 : la construction des ouvrages olympiques a coûté... moins cher que prévu !