Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 261,32
    +277,32 (+0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 351,26
    -9,07 (-0,67 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,34
    +0,17 (+0,21 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2650
    -0,0010 (-0,08 %)
     

Crédit immobilier : «Mon prêt relais a viré au cauchemar»

Arif/Adobe Stock

Plusieurs lecteurs de Capital ont accepté de témoigner pour nous raconter l’amère expérience qu’ils ont vécue avec leur crédit relais, un prêt permettant d’acheter un deuxième bien avant d’avoir vendu l’ancien.

Le produit est attrayant en théorie. Dans l’optique d’acquérir rapidement un deuxième bien, certains ménages optent pour un crédit relais. Ils bénéficient ainsi d’une sorte de découvert autorisé géant leur permettant de déménager dans leur nouveau logement, sans avoir à attendre la vente du premier. Dans certains cas de figure, l’opération peut cependant tourner au fiasco. Après son appel à témoignages, Capital a recueilli le récit de plusieurs internautes qui ont accepté de nous raconter leurs déboires.

«Mon prêt relais a viré au cauchemar», attaque d’emblée Annick. En 2010, elle contracte un crédit relais auprès du Crédit foncier. Sauf que sa maison ne s’est pas vendue en temps et en heure. «Les intérêts augmentaient chaque mois», poursuit-elle. Car durant un prêt de ce type, les ménages sont tenus de rembourser uniquement les intérêts, mais à un taux généralement plus élevé que les prêts à l’habitat classiques. Le temps ne joue donc pas en leur faveur, d'autant plus que les taux actuellement pratiqués flirtent encore avec les 4%.

Pour mettre fin à cette situation financière intenable, la banque a proposé au couple de vendre sa maison à moitié prix. Résignés, ils acceptent. Si bien qu’Annick et son mari ne sont pas parvenus à honorer totalement le remboursement de leur (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : «Emmanuel Macron ne veut pas sauver le logement du naufrage»
Immobilier : où acheter une maison près de Marseille ?
Immobilier : est-ce enfin la sortie de crise pour les acheteurs et les vendeurs ?
A la recherche de nouveaux habitants, le maire de ce village lance un SOS
Crédit immobilier : les taux poursuivent leur baisse, quand pourrez-vous renégocier votre prêt ?