Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 112,58
    -17,23 (-0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Crédit immobilier : comment fonctionnent les prêts in fine et hypothécaire que le gouvernement veut lancer

Getty / DEV IMAGES

Redonner du pouvoir d’achat immobilier aux Français. C’est l’objectif du ministre de la transition écologique Christophe Béchu, qui a annoncé ce lundi dans Le Parisien une série de mesures «de simplification pour le logement». Le gouvernement envisage notamment de créer deux nouveaux types de crédit «in fine» et «hypothécaire» afin de permettre aux acheteurs de financer plus facilement leurs biens. Mais comment fonctionnent ces nouvelles formules de prêts ? Voici quelques éléments de réponse.

Débutons par le premier dispositif proposé par Christophe Béchu, à savoir le «prêt in fine». Ce type d’emprunt existe déjà en France mais il est généralement réservé aux investisseurs ou aux ménages qui disposent de patrimoines financiers conséquents. «Le prêt in fine permet à un acheteur de rembourser uniquement les intérêts de l’emprunt pendant la durée du prêt, puis le capital en une seule fois lors de la dernière échéance», explique Cécile Roquelaure, directrice des études chez Empruntis. L'intérêt principal pour l’acheteur étant de faire baisser ses mensualités et de lui permettre d’avoir la possibilité de revendre son bien pour rembourser le capital. En contrepartie, les taux proposés par les banques pour les prêts in fine sont plus élevés que ceux des des prêts classiques. La banque peut également imposer à l’acheteur d’apporter des garanties financières, en lui demandant par exemple de souscrire un contrat d’assurance vie.

Le ministre de la transition écologique a également évoqué (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Location : l’art de fixer le juste prix du loyer n’est pas chose aisée
DPE : comment votre passoire thermique verra sa note s’améliorer automatiquement au 1er juillet
Immobilier : ces villes où il semble plus facile de négocier le prix d'un bien
Frais d'agence immobilière : commission moyenne, taux et calcul
Immobilier : trois ans de gagnés pour 11% des logements classés G