Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    37 798,97
    +63,86 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    15 865,25
    -19,77 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 471,20
    -761,60 (-1,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0624
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    16 248,97
    -351,49 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 716,68
    +175,80 (+0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 051,41
    -10,41 (-0,21 %)
     

CPF : gros couac autour de la participation financière qui sera imposée aux salariés

HJBC/Adobe Stock

Revirement de l’exécutif. Après l’annonce le 19 février dernier par Bercy d’une participation financière obligatoire correspondant au minimum à 10% du coût de la formation pour les Français utilisant leur compte personnel de formation (CPF), c’est finalement une autre piste qui aurait les faveurs de l’exécutif. D’après les informations des Echos, dévoilées vendredi 8 mars, l’Elysée et Matignon privilégieraient une participation forfaitaire de 100 euros sur chaque achat de formation, plutôt qu’un ticket modérateur proportionnel au coût de l’apprentissage. Des informations confirmées par La Tribune, lundi 11 mars. Ce reste à charge entrerait en vigueur le 1er mai 2024.

Problème : de son côté, le ministère du Travail, censé être en charge du dossier, se refuse à tout commentaire sur le sujet dans l’immédiat. «Des discussions sont toujours en cours concernant les différents arbitrages budgétaires. Il n’y aura pas de communication à court terme sur le sujet», a déclaré le cabinet de la rue de Grenelle, ce mardi 12 mars. A l’heure actuelle, aucun membre de l’exécutif n’a donc officiellement confirmé la mise en place d’un reste à charge forfaitaire et non proportionnel sur le compte personnel de formation.

>> Notre service - Trouvez la formation professionnelle qui dopera ou réorientera votre carrière grâce à notre moteur de recherche spécialisé (Commercial, Management, Gestion de projet, Langues, Santé …) et entrez en contact avec un conseiller pour vous guider dans votre choix

Il faut (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Egalité hommes-femmes : «Faisons émerger une génération de cheffes d’entreprise»
Patron, vous avez fait faillite ou choisi de fermer votre entreprise ? Racontez-nous !
Travail : ils ont voulu devenir chef avant de renoncer, ils racontent pourquoi
«Je ne fais pas de l’argent pour l’argent» : Ryann, 18 ans, chef d’entreprise depuis… 2 ans
Étude alarmante : plus de 51 000 chefs d'entreprise «au chômage» en 2023