Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 592,69
    -531,77 (-0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 396,81
    -21,06 (-1,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Courtier en crédit immobilier, Stéphane maintient ses revenus contre vents et marées

Capital Freepik

A la barre de CBS Conseils, Stéphane Ollier est un peu comme le capitaine d'un bateau par gros temps. L'entreprise que cet ancien conseiller bancaire a créée il y a 17 ans, à Chateauroux, dans l'Indre, est une société de courtage en crédit. Notamment immobilier, alors que le marché résidentiel traverse une crise d'une gravité inédite. Une crise qui se traduit notamment par une chute de la production de nouveaux crédits à l'habitat, passée en août sous la barre des 10 milliards d'euros, une première depuis sept ans, d'après la Banque de France. Au 65 avenue d'Argenton, à Chateauroux, siège de CBS Conseils, Stéphane Ollier sait, en ce début décembre, que son chiffre d'affaires 2023 accusera une baisse par rapport aux quelque 500 000 euros réalisés ces dernières années. Pour l'heure, le chef d'entreprise ne s'en tire toutefois pas trop mal, anticipant «un petit recul, de l'ordre de 5%, là où celui de la profession pourrait chuter de 15 à 20%». Ce qui permettra à l'entreprise d'être encore «assez bénéficiaire cette année».

Sa relative résistance, CBS Conseils la doit surtout à sa diversification. En montant sa boîte en 2006, Stéphane n'a pas mis tous ses œufs dans le même panier : «Nous faisons du regroupement de crédits, du courtage en assurance, du crédit pour les professionnels.» Un dernier public qu'il connaît bien car, avant de devenir entrepreneur, il a travaillé durant 13 ans dans le secteur bancaire, pour la clientèle des entreprises. Jusqu'à être lassé de «l'ultra-vente» (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce haut cadre a mené de front un nouveau poste et une formation exigeante
Congés payés en arrêt maladie : comment compte faire le gouvernement ?
Indemnité légale de licenciement : principe et calcul
Voici les 20 métiers où les salariés travaillent le plus en open space
Voici un métier en plein essor à la recherche de milliers de candidats