Marchés français ouverture 1 h 6 min
  • Dow Jones

    27 685,38
    -650,19 (-2,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 358,94
    -189,34 (-1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1836
    +0,0022 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    24 777,27
    -141,51 (-0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    11 067,47
    -27,61 (-0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    261,02
    -2,39 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    3 400,97
    -64,42 (-1,86 %)
     

Le coronavirus peut survivre jusqu'à 28 jours sur un smartphone, selon une étude

·2 min de lecture

C'est une étude qui permet d'en savoir un peu plus sur les risques de contamination au coronavirus via certains objets du quotidien. Ce virus à l'origine de la pandémie de Covid-19 peut, dans un milieu frais et sombre, survivre jusqu'à 28 jours sur des surfaces telles que des téléphones et billets de banque, selon l'agence scientifique nationale australienne (CSIRO). Les chercheurs du département de prévention des maladies au sein de la CSIRO ont ainsi constaté que plus les températures sont chaudes et plus le taux de survie du SARS-CoV-2 diminue, a révélé l'agence dans une étude publiée lundi 12 octobre.

Ils ont ainsi découvert qu'à 20 degrés, le SARS-CoV-2 est "extrêmement résistant" sur des surfaces lisses, comme des écrans de téléphone. Il peut survivre 28 jours sur du verre, de l'acier et des billets en polymère. À 30 degrés, ce taux de survie tombe à 7 jours et à 40 degrés, il n'est plus que de 24 heures. Sur des surfaces poreuses comme le coton, le virus a survécu moins longtemps, jusqu'à 14 jours à la température la plus basse et moins de 16 heures à la plus haute.

Par rapport aux précédentes études, qui avaient montré que le coronavirus pouvait survivre jusqu'à quatre jours sur des surfaces non poreuses, ce délai est "nettement plus long", selon le Journal of Medical Virology.

Trevor Drew, directeur du centre australien de prévention des maladies, a expliqué que cette étude a consisté à sécher, sur différents matériaux, des échantillons du virus avant de les tester avec une méthode "extrêmement délicate". Elle a permis de trouver des traces de virus vivant capable d'infecter des cultures cellulaires.

Pour autant, "cela ne signifie pas que cette quantité de virus pourrait infecter quelqu'un", a-t-il souligné sur la chaîne publique ABC. Cependant, si une personne "peu soigneuse avec ces matériaux les touchait, puis léchait vos mains ou touchait vos yeux ou votre nez, vous pourriez être infecté plus de deux semaines après leur contamination".

Trevor Drew a émis (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le vaisseau russe Soyouz bat le record de vitesse pour rejoindre l'ISS
Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur les tests rapides en 4 questions-réponses
Apple présente le HomePod mini, une enceinte connectée à moins de 100 euros
Keynote Apple : comment et à quelle heure suivre la conférence où devrait être dévoilé l'iPhone 12
Des astronomes ont capturé de rares images d'un trou noir dévorant une étoile