Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 402,27
    -268,77 (-0,68 %)
     
  • Nasdaq

    16 928,72
    +127,17 (+0,76 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0832
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 825,14
    -2 148,41 (-3,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 473,11
    -29,55 (-1,97 %)
     
  • S&P 500

    5 317,65
    +10,64 (+0,20 %)
     

Confiscation des avoirs gelés : les Russes pourraient-ils financer eux-mêmes l’effort de guerre ukrainien ?

JOHN THYSAFP

Les pays occidentaux cherchent à renforcer en urgence le soutien militaire aux forces ukrainiennes. Car même si le Congrès américain s’est enfin décidé à débloquer 61 milliards de dollars pour soutenir Kiev face à la Russie, l’effort de réarmement reste encore largement insuffisant pour l’Ukraine qui peine à résister sans réapprovisionnement. Dans ce contexte, les Etats-Unis entendent accélérer leur projet d’utiliser les avoirs russes gelés pour financer l’effort de guerre en Ukraine.

L’Europe poursuit elle aussi cet objectif. Le 16 avril, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a adopté à l’unanimité une résolution demandant que les actifs russes gelés en Europe après le début de la guerre soient transférés à un nouveau fonds destiné à la reconstruction de l’Ukraine et à l’indemnisation des victimes. Depuis le début du conflit entre l’Ukraine et la Russie, environ 200 milliards d’euros de réserves de la Banque centrale russe ont été bloqués par l’Union européenne, sur un total de près de 300 milliards d’euros placés hors de Russie.

Pour rappel, en février dernier, les Vingt-Sept ont décidé de bloquer sur un compte le produit des avoirs russes gelés, soit des intérêts représentant environ trois milliards d’euros par an. A noter : cette somme ne comprend pas les avoirs gelés de la Banque centrale russe. En mars, les dirigeants ont convenu de consacrer 90% de ce montant à la Facilité européenne pour la paix (FEP), qui finance les achats d’armes, et les 10% restants au renforcement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des agriculteurs s'opposent aux tomates importées du Maroc : action dans les supermarchés
«Le char du futur» : à quoi ressemblera l'armement franco-allemand de demain ?
Des nouveaux retraités pas si heureux, les coulisses des agences de notation… L'actu éco du jour en 120 secondes
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : qui pourrait racheter la plateforme ?
Moody’s, Fitch… pourquoi accorde-t-on tant d’importance à ces agences de notation ?