La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 837,51
    -208,73 (-0,69 %)
     
  • Nasdaq

    12 084,09
    +47,30 (+0,39 %)
     
  • Nikkei 225

    26 296,86
    +131,27 (+0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,1918
    +0,0021 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    26 669,75
    +81,55 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    15 905,96
    -97,77 (-0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    375,72
    +5,20 (+1,40 %)
     
  • S&P 500

    3 625,55
    -9,86 (-0,27 %)
     

Confinement : le Black Friday supprimé en France ?

Mathieu BRUCKMULLER
·1 min de lecture

La fronde grossit. A l’approche du Black Friday censé se tenir à compter du 27 novembre, le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) réclame purement et simplement l’interdiction de cet évènement commercial d’ampleur, synonyme de prix cassés à l’approche de Noël.

Et pour cause, avec la fermeture, en raison du reconfinement, des magasins comme les boutiques de jouets, les librairies… et l’interdiction à compter de mercredi pour les grandes surfaces de vendre des produits non essentiels, « on encourage officiellement les Français à recourir aux services des pires concurrents du commerce physique : les plateformes internationales du e-commerce et de la livraison à domicile », tonne le CNCC dans un communiqué.

Mais sa demande vient d’être rejetée par le ministère de l’Economie. « Interdire ou pénaliser l'activité en ligne serait incohérent par rapport à notre message d'éviter au maximum les sorties pour éviter la propagation du virus », souligne, le ministère délégué en charge de TPE-PME, interrogé par Le Parisien. Il appelle les consommateurs à leur responsabilité : « Nous avons travaillé pour l'équité, aux Français de faire en sorte qu'elle soit réelle. Le Black Friday, les petits commerçants peuvent le faire dans leur vitrine et les consommateurs en profiter en click and collect ».

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Prêt immobilier : comment changer d'assurance emprunteur
- Les liseuses Kindle en promo chez Amazon pour le reconfinement
- Electricité : la mauvaise affaire des heures creuses