Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 781,45
    +3,35 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    17 835,23
    -21,79 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0739
    +0,0003 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 206,43
    -645,70 (-1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 324,10
    -65,30 (-4,70 %)
     
  • S&P 500

    5 478,11
    +4,88 (+0,09 %)
     

Les concurrents de la SNCF (enfin ?) sur les bons rails

Proxima a débloqué 1 milliard d'euros de capitaux privés pour des TGV sur les axes Paris-Rennes, Paris-Angers-Nantes et Paris-Bordeaux.  - Credit:Laurent Cipriani/AP/SIPA / SIPA / Laurent Cipriani/AP/SIPA
Proxima a débloqué 1 milliard d'euros de capitaux privés pour des TGV sur les axes Paris-Rennes, Paris-Angers-Nantes et Paris-Bordeaux. - Credit:Laurent Cipriani/AP/SIPA / SIPA / Laurent Cipriani/AP/SIPA

Depuis décembre 2020, et l'ouverture du rail français à la concurrence, la SNCF a vu arriver plusieurs transporteurs rivaux : la compagnie publique espagnole Renfe – sur les lignes Barcelone-Lyon et Madrid-Marseille – et son homologue italien Trenitalia – sur l'axe Paris-Lyon, l'un des plus rentables. La Renfe doit également se lancer sur la ligne Paris-Lyon-Marseille cette année.

Récemment, d'autres ont essayé de faire leur entrée mais se sont cassé les dents : Railcoop et Midnight Trains. Liquidée le 27 mars dernier, Railcoop voulait relancer la ligne Lyon-Bordeaux, délaissée depuis 2014 par la SNCF faute de rentabilité. Cette ligne desservait Périgueux, Limoges, Guéret, Montluçon et Roanne. Financée par des particuliers et les collectivités traversées, « la structure juridique de Railcoop n'était pas adaptée pour attirer des capitaux suffisants », estime Jean-François Boisseleau, conseiller ferroviaire pour le président du département du Lot. De son côté, Midnight Trains a renoncé, le 1er juin, à son projet de trains de nuit entre Paris et Venise via Milan, faute de financement suffisant.

À LIRE AUSSI Cheminots, contrôleurs aériens, RATP… Le grand braquage avant les JO

Trois nouveaux entrants dans le secteur TGV

D'autres croient toujours pouvoir se tailler une part du gâteau sur le sol français. L'entreprise Le Train a commandé dix trains à grande vitesse au constructeur espagnol Talgo pour environ 300 millions d'euros. Les premiers trajets relieront « Bord [...] Lire la suite