La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 701,09
    -431,02 (-2,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Les clubs de foot à privilégier pour amortir le choc sur les actions : le conseil Bourse

Stephen White - CameraSport via Getty Images

Les grands clubs de football n’ont pas fait d’étincelles en Bourse ces dernières années. Manchester United, coté à la Bourse de New York, a vu le cours de son action divisé par 2 depuis le pic majeur de 2018, tandis que la Juventus de Turin a fondu de près de 75% sur la période. Quant au club Borussia Dortmund, coté à Francfort, sa valeur a chuté de 60% environ dans l’intervalle. Plus proche de nous, OL Groupe (Olympique lyonnais) a connu une véritable descente aux enfers depuis ses débuts en Bourse en 2007…

Malgré des parcours en Bourse peu enviables, les actions des clubs de football restent chères, si on en croit leur ratio de capitalisation boursière rapportée aux profits attendus (ratio dit de PER, traditionnelle jauge pour juger si une action est bon marché ou pas). Par exemple, Manchester United “a un PER de 94 fois les bénéfices” estimés, relève David Derhy, analyste de marchés chez eToro.

Mais si elles peuvent dissuader un investisseur de les acheter en raison de leur cherté apparente, ces actions ont l’avantage d’afficher une volatilité plus faible que celle des indices de référence. Cela signifie qu’elles tendent à bien moins baisser que les indices actions, en cas de choc sur les marchés. Ainsi, “si vous êtes fervent supporter d’un club de foot et que vous souhaitez absolument détenir ses actions, elles pourraient mieux performer que les actions plus volatiles si le marché baissier devait se maintenir en raison de l’inflation élevée et de la crise en Ukraine”, fait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le milliardaire Daniel Kretinsky s'offre un coûteux château près de Paris
Équitation : les centres équestres en difficulté face à la flambée des prix des chevaux d’apprentissage
Gaz : le gazoduc Nord Stream arrêté "complètement" jusqu'à la réparation d'une turbine
Bourse : un célèbre investisseur met en garde contre l'explosion imminente d'une "super bulle"
Bourse : Paris termine en forte en hausse porté par l'emploi américain