Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,2929 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    63 553,87
    +233,95 (+0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 445,05
    -23,06 (-1,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2738
    +0,0040 (+0,3146 %)
     

Dans le Cher, les logements ne sont vraiment… pas chers, s’amusent les réseaux sociaux

PIXABAY

"Et ils ont appelé ça 'le Cher'", plaisante un internaute sur Twitter (rebaptisé X). Son message, qui partage des annonces de l'agence immobilière Orpi dans le département, a été vu plus de 3 millions de fois. Les prix pratiqués dans la région sont en effet dérisoires et suscitent de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, rapporte Le Figaro, lundi 28 août. Une maison de 48 m² est ainsi vendue à 15.000 euros, une autre de 79 m² à 48.000 euros.

"Avec mon 52m², je peux m’acheter un château avec des vignes sur 2 hectares de terrain près de Sancerre. Mais, qu’est-ce que je fous là", commente Adrien. Un internaute compare, lui, les 15.000 euros de la maison de 48 m² au "prix d’un box de parking dans une vraie ville" et un autre au "prix d’une Megane d’occaz". Un autre encore assure qu’"à ce prix-là, on achète cash", relève le journal.

Malgré le buzz suscité sur les réseaux sociaux, les prix pratiqués dans le Cher ne sont pas un phénomène nouveau, même si une chute est constatée actuellement. "Une légère baisse pour l’instant, même si elle devrait s’accentuer à la rentrée et surtout au début de l’année 2024. Bien sûr, cette baisse de prix attire pour de la résidence secondaire, c’est du pouvoir d’achat en plus pour les gens qui paient comptant", explique Charles Gravier, directeur associé Orpi France, à Saint-Amand-Montrond, auprès de nos confrères.

Avec la flambée des prix de l'immobilier ces dernières années, le département du Cher attire de plus en plus de citadins, et notamment (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite