Publicité
Marchés français ouverture 7 h 40 min
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0743
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 669,39
    -1 283,06 (-2,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 339,15
    -50,25 (-3,62 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Cameco présente ses résultats pour le premier trimestre : les perspectives pour 2024 restent solides ; la discipline financière et la solide position de trésorerie conduisent à une réduction ciblée de la dette ; sur le plan opérationnel...

SASKATOON, Saskatchewan, May 02, 2024--(BUSINESS WIRE)--

Cameco présente ses résultats pour le premier trimestre : les perspectives pour 2024 restent solides ; la discipline financière et la solide position de trésorerie conduisent à une réduction ciblée de la dette ; sur le plan opérationnel, les différents segments performent comme prévu ; les qualités de l’énergie nucléaire de base attirent des investissements dans le secteur technologique

Cameco (TSX : CCO ; NYSE : CCJ) a présenté aujourd’hui ses résultats d’exploitation et financiers consolidés pour le premier trimestre clos au 31 mars 2024, en conformité avec les normes internationales d'information financière (IFRS).

PUBLICITÉ

« Au premier trimestre, la performance opérationnelle a été forte dans l’ensemble de nos segments de l’uranium, des services d’approvisionnement en combustible et Westinghouse. Les résultats financiers sont en ligne avec les perspectives 2024 que nous avons fournies, qui n’ont pas changé et illustrent, comme prévu, une variabilité trimestrielle normale et la comptabilité d'acquisition requise ainsi que d’autres coûts non opérationnels liés à l’acquisition pour Westinghouse », a déclaré Tim Gitzel, président et chef de la direction de Cameco.

« Notre stratégie continue de mettre en évidence les avantages d’un alignement de nos décisions opérationnelles, de commercialisation et financières ciblées sur un marché où nous observons une dynamique positive soutenue pour l’énergie nucléaire, jamais vue auparavant. Nous restons dans la position enviable de disposer de ce qui est, selon nous, les meilleurs actifs de niveau 1 au monde, opérant dans des régions géopolitiques stables, conjointement à nos investissements dans l’ensemble du cycle du combustible et du cycle de vie des réacteurs. Cela inclut notre investissement dans Westinghouse, entité pour laquelle nous observons une poursuite de l’amélioration des perspectives commerciales à long terme. En raison de notre statut de fournisseur fiable et éprouvé, opérant dans l’ensemble du cycle du combustible nucléaire, nos clients reconnaissent notre profonde compréhension du fonctionnement des marchés du combustible nucléaire, et les décideurs mondiaux s'adressent à nous en tant que leaders d'opinion dans le secteur.

« Sur le plan opérationnel, les résultats de production du premier trimestre ont été robustes et sont en phase avec nos plans pour 2024, les rythmes de production et les coûts de production totaux dans notre segment uranium continuant de refléter la transition de retour à notre structure de coûts de premier plan. Sur le marché, nous avons continué d’être sélectifs quant à l’engagement de notre stock d'uranium de première qualité disponible dans le sol et de notre capacité de conversion de l’UF 6, nous appuyant sur un portefeuille de contrats couvrant plus d’une décennie en y ajoutant avec succès d’autres contrats à long terme, portant ainsi nos engagement annuels à une moyenne d’environ 28 millions de livres par an entre 2024 et 2028. Chaque contrat que nous ajoutons reflète le sentiment et la dynamique du marché au moment où il est négocié, nous permettant de profiter d’un potentiel haussier accru et de créer de la valeur tout en long de la durée de vie du contrat. Dans une perspective financière avec gestion du risque, notre attente qui en résulte – la production d’un solide flux de trésorerie – guide nos priorités d’allocation prudente du capital en 2024, avec une réduction ciblée de l’endettement et des plans de refinancement prudents.

« Le support du cycle complet pour l’énergie nucléaire et du combustible d'uranium requis continue de croître, avec un soutien accru du public, des décisions politiques positives et des solutions basées sur le marché qui renforcent les fondamentaux favorables et l’histoire de la demande à long terme durable pour le nucléaire. À l’occasion du premier Sommet de l'énergie nucléaire qui s’est tenu à Bruxelles au mois de mars, des représentants de 32 pays ont uni leurs forces pour appuyer des mesures de soutien dans des domaines comme le financement, la coopération réglementaire, l’innovation technologique et la formation de la main-d'œuvre, permettant une expansion de l’énergie nucléaire en vue de contribuer à lutter contre le changement climatique et de renforcer la sécurité énergétique.

« Les avantages de l’énergie nucléaire en tant qu’outil essentiel dans la lutte contre le changement climatique et l’avantage fourni par le nucléaire dans le contexte de la sécurité énergétique sont non seulement reconnus et mis en exergue par des gouvernements dans le monde entier, mais aussi par des secteurs gourmands en énergie qui progressent plus rapidement que les décideurs politiques pour effectuer une transition efficace vers des sources d’énergie qui fournissent une électricité propre, constante et fiable. Une augmentation du soutien public de la part de leaders du secteur technologique et des annonces comme la récente acquisition d’un campus de centre de données de 960 MW par Amazon Web Services, assortie d’un accord à long terme connexe pour garantir une fourniture d’électricité fiable à partir de la centrale nucléaire Susquehanna de Talen Energy Corporation, témoignent de cette orientation industrielle.

« Les événements géopolitiques qui ont amplifié les risques mondiaux aux niveaux de la chaîne d’approvisionnement et des transports continuent d’avoir d'importantes répercussions sur les stratégies d’approvisionnement en combustible nucléaire des clients. Les services publics ajustent leurs chaînes d'approvisionnement afin de garantir un approvisionnement fiable, dans un contexte de concurrence accrue pour conclure des contrats à long terme pour les produits et services liés à l’uranium. Nous nous attendons à ce que Cameco et Westinghouse, des producteurs réputés de produits et services liés à l’uranium ayant attesté de performances solides et durables, bénéficient des importants facteurs favorables associés à la possession d’opérations sous licence et autorisées dans des juridictions stables sur le plan géopolitique.

« Nous sommes un fournisseur commercial responsable, avec un bilan solide, des actifs de niveau 1 à long terme et des antécédents d’exploitation avérés. Nous sommes investis dans l’ensemble du cycle du combustible nucléaire et pensons avoir la bonne stratégie pour accomplir notre vision consistant à "alimenter un monde d'air pur" et y parvenir d’une manière reflétant nos valeurs. Nos décisions sont imprégnées d’un engagement à faire face aux risques et opportunités qui, selon nous, rendront notre entreprise durable sur le long terme. »

  • Nos perspectives pour 2024 restent solides : Nous sommes bien partis pour réaliser en 2024 les prévisions annoncées dans notre rapport de gestion 2023. Nous continuons à prévoir une forte génération de trésorerie, avec un chiffres d’affaires consolidé estimé compris entre environ 2,9 et 3,0 milliards de dollars. Nous maintenons notre perspective d’un BAIIA ajusté compris entre 445 et 510 millions de dollars (M$) pour notre part dans Westinghouse en 2024. Veuillez consulter la rubrique Prévisions pour 2024 dans notre rapport de gestion du premier trimestre pour de plus amples renseignements. Le BAIIA ajusté attribuable à Westinghouse est une mesure non IFRS, consultez la rubrique Mesures non IFRS ci-dessous.

  • Pour le T1, les pertes nettes se montent à 7 M$, le bénéfice net ajusté s’établit à 56 M$ et le BAIIA ajusté atteint 345 M$ : Les résultats sont attribuables à des variations trimestrielles normales dans les fournitures contractuelles dans nos segments de l'uranium et des services d’approvisionnement en combustible, et à l’ajout de Westinghouse. Les performances dans notre segment clé de l’uranium ont été robustes avec un bénéfice net en hausse de 34 % et un BAIIA ajusté en progression de 16 % par rapport à la même période en 2023, principalement en raison d'une augmentation de 27 % du prix moyen réalisé du dollar canadien, compensé partiellement par la baisse des livraisons et la hausse du coût des ventes attendues. Veuillez consulter la rubrique Résultats financiers par segment – Uranium dans notre rapport de gestion du premier trimestre pour de plus amples renseignements. Cependant, comme indiqué dans notre rapport de gestion 2023, Westinghouse devrait générer une perte nette comprise entre 170 et 230 M$ en 2024 en raison de l’impact de la comptabilité d'acquisition, qui exige une revalorisation du stock et des autres actifs de Westinghouse au moment de l’acquisition et la passation en charges de certains coûts de transition hors exploitation liés à l’acquisition. Dans la perte nette attendue pour Westinghouse en 2024, 123 M$ ont été encourus au premier trimestre en raison de la variabilité normale des échéances des besoins de ses clients et de ses calendriers de livraison et d’interruptions. Le premier trimestre est généralement celui qui affiche les chiffres les moins élevés pour Westinghouse, et l’on attend de meilleures performances au cours du second semestre et des flux de trésorerie supérieurs au quatrième trimestre. Nous ne pensons pas que l’impact de la revalorisation du stock et des actifs de Westinghouse, ni que les coûts de transition hors exploitation liés à l’acquisition, reflètent sa performance sous-jacente pour la période considérée, nous utilisons par conséquent le BAIIA ajusté comme indicateur de la performance pour Westinghouse, lequel s’établit à 77 M$ pour le premier trimestre. Veuillez consulter la rubrique Nos bénéfices tirés de Westinghouse dans notre rapport de gestion du premier trimestre pour de plus amples renseignements. Le bénéfice net ajusté et le BAIIA ajusté sont des mesures non IFRS, consultez la rubrique Mesures non IFRS ci-dessous.

  • De robustes performances de production dans le segment uranium : Dans notre segment uranium, nous avons produit 5,8 millions de livres (notre part) durant le trimestre, un chiffre en augmentation par rapport aux 4,5 millions de livres (notre part) produites pendant la même période de 2023. En raison de l’augmentation de la production, le coût unitaire de production au comptant est ressorti à 19,52 dollars par livre, en baisse de 16 % par rapport à la même période en 2023. Le coût unitaire des ventes a augmenté de 15 %, principalement en raison de l’impact des achats à un prix plus élevé sur la valeur des stocks, incluant les achats à Inkai. L'impact cash d’achats à Inkai à un coût supérieur sur le coût unitaire moyen des ventes est partiellement compensé par les dividendes que nous recevons de la coentreprise Inkai (JV Inkai). Nos activités minières affichant de belles performances et Key Lake fonctionnant selon les cadences de production planifiées, nous maintenons pour 2024 notre prévision d'une production de 18 millions de livres (base 100 %) pour chacune des opérations de McArthur River/Key Lake et Cigar Lake. Veuillez consulter la rubrique Nos opérations – production d’uranium dans notre rapport de gestion du premier trimestre pour de plus amples renseignements. Nous continuons de planifier notre production afin d’être alignés avec notre portefeuille de contrats et les besoins des clients, mais aussi d’évaluer l'éventail de production, les stocks et les achats optimaux afin de conserver la flexibilité nécessaire pour créer de la valeur à long terme. Le coût décaissé par livre est une mesure non IFRS, consultez la rubrique Mesures non IFRS ci-dessous.

  • Les contrats à long terme méthodiques continuent, maintenant une exposition à des prix plus élevés : En date du 31 mars 2024, nous avions des engagements portant sur la livraison d’une moyenne d’environ 28 millions de livres par an entre 2024 et 2028, avec des niveaux d’engagement supérieurs à la moyenne en 2024 et 2025 et inférieurs à la moyenne entre 2026 et 2028. Alors que le marché poursuit son amélioration, nous prévoyons la poursuite de l’intégration progressive de volumes afin de bénéficier d’un potentiel de croissance supérieur en utilisant des mécanismes de tarification en lien avec le marché. Nous avons également des contrats dans nos segments de l'uranium et des services d’approvisionnement en combustible qui couvrent plus d’une décennie et, dans notre segment uranium, bon nombre de ces contrats bénéficient de mécanismes de tarification en lien avec le marché. Par ailleurs, nous avons un pipeline important et croissant d’activités en discussion qui, selon nous, contribueront à développer davantage notre portefeuille de contrats à long terme.

  • Poursuite de la discipline financière et des liquidités équilibrées pour mettre en œuvre la stratégie :

    • Un bilan solide : En date du 31 mars 2024, nous disposions de 323 M$ de trésorerie et équivalents de trésorerie et avions une dette totale de 1,5 milliard de dollars. En outre, nous disposons d’une facilité de découvert non utilisée de 1,0 milliard de dollars, arrivant à maturité le 1er octobre 2027. En raison des prix en hausse dans le cadre de notre portefeuille de contrats à long terme, des progrès que nous réalisons dans notre segment uranium vers le retour à notre structure de coûts de premier plan et de l’augmentation prévue de notre production de conversion d’UF 6, nous nous attendons à constater une forte génération de trésorerie en 2024.

    • Une réduction ciblée de la dette : Grâce à notre discipline financière avec gestion du risque et à notre solide position de trésorerie, nous avons au premier trimestre donné la priorité à une réduction de l’emprunt à terme à taux variable de 600 millions USD qui a servi à financer l’acquisition de Westinghouse, remboursant 200 millions USD du capital. Nous prévoyons de continuer à donner la priorité au remboursement des 400 millions USD restants du principal restant dû sur l’emprunt à terme, tout en équilibrant notre position en matière de liquidités et de trésorerie.

    • Des plans de refinancement prudents : En accord avec la gestion financière prudente dont nous avons fait preuve et nos priorités d’allocation du capital pour 2024, nous prévoyons au deuxième trimestre de refinancer, avant sa date d'échéance ou lorsqu’elle arrive à terme, notre débenture de premier rang non garantie d'une valeur de 500 M$ arrivant à maturité le 24 juin 2024.

  • Dividendes reçus de la coentreprise Inkai en avril : Subséquemment à la fin du trimestre, nous avons reçu un dividende en espèces de 129 millions USD, déduction faite des retenues, de la part de la coentreprise Inkai, sur la base de son rendement financier de 2023. Du point de vue du flux de trésorerie, nous prévoyons de profiter du rendement financier 2024 de la coentreprise Inkai en 2025 lorsque le dividende pour 2024 aura été déclaré et versé.

  • Livraisons de la coentreprise Inkai : La deuxième livraison contenant le reste de notre part de la production 2023 d’Inkai est arrivée en février 2024. Nous continuons de travailler en étroite collaboration avec la coentreprise Inkai et avec Kazatomprom, notre partenaire en coentreprise, pour recevoir notre part de la production via la Route de transport international transcaspienne, qui ne dépend pas des lignes ferroviaires ni des ports russes. Nous pourrions connaître des retards dans nos livraisons attendues d’Inkai cette année si le transport utilisant ce couloir d’expédition prenait plus de temps que prévu. La production d’Inkai a atteint 1,6 million de livres (base 100 %) au cours du trimestre, contre 1,9 million de livres (base 100 %) au cours de la même période l’an dernier. La coentreprise Inkai rencontre actuellement des problèmes d'approvisionnement et de chaîne logistique, notamment par rapport à la disponibilité d’acide sulfurique. L’objectif de production actuel de la coentreprise Inkai pour 2024 est de 8,3 millions de livres d’U 3 O 8 (base 100 %). Toutefois, cet objectif est indicatif et dépend de la réception de volumes suffisants d’acide sulfurique. Notre allocation de la production planifiée de la coentreprise Inkai fait actuellement l'objet de discussions. Afin de limiter le risque de retards dans les transports et de déficits de production, nous avons mis en place des accords d'achat de stocks à long terme et des accords de prêt sur lesquels nous pouvons compter.

Résultats financiers consolidés

 

 

TRIMESTRE

 

POINTS SAILLANTS

CLOS AU 31 MARS

 

(EN MILLIONS DE DOLLARS, SAUF MENTION CONTRAIRE)

2024

2023

VARIATION

Chiffre d’affaires

634

687

(8)%

Marge brute

187

167

12%

Bénéfice (perte) net(te) attribuable aux actionnaires

(7)

119

>(100)%

 

$ par action ordinaire (de base)

(0,02)

0,27

>(100)%

 

$ par action ordinaire (après dilution)

(0,02)

0,27

>(100)%

Bénéfice net ajusté (BNA, non IFRS, consulter la rubrique Mesures non IFRS ci-dessous)

56

115

(51)%

 

$ par action ordinaire (ajusté et après dilution)

0,13

0,27

(52)%

BAIIA ajusté (non IFRS, consulter la rubrique Mesures non IFRS ci-dessous)

345

226

53%

Encaisse issue des activités (après variations du fonds de roulement)

63

215

(71)%

Les informations financières présentées pour le trimestre clos au 31 mars 2023 et au 31 mars 2024 n’ont pas été auditées.

Sélection de points saillants segmentés

 

 

 

TRIMESTRE

 

POINTS SAILLANTS

CLOS AU 31 MARS

 

(EN MILLIONS DE DOLLARS, SAUF MENTION CONTRAIRE)

2024

2023

VARIATION

Uranium

Volume de production (millions de livres)

 

5,8

4,5

29%

 

Volume des ventes (millions de livres)

 

7,3

9,7

(25)%

 

Prix moyen réalisé 1

(USD/livre)

57,57

45,35

27%

 

 

($CAD/livre)

77,33

60,98

27%

 

Chiffre d’affaires

 

561

595

(6)%

 

Marge brute

 

169

137

23%

 

Bénéfice net attribuable aux actionnaires

 

253

189

34%

 

BAIIA ajusté 2

 

303

261

16%

Services d’approvisionnement en combustible

Volume de production (millions de kgU)

 

3,7

4,1

(10)%

 

Volume des ventes (millions de kgU)

 

1,5

2,5

(40)%

 

Prix moyen réalisé 3

($CAD/kgU)

48,36

37,66

28%

 

Chiffre d’affaires

 

72

92

(22)%

 

Bénéfice net attribuable aux actionnaires

 

20

31

(35)%

 

BAIIA ajusté 2

 

25

39

(36)%

 

Marge du BAIIA ajusté (%) 2

 

35

42

(17)%

Westinghouse

Chiffre d’affaires

 

656

-

n/d

(notre part)

Perte nette

 

(123)

-

n/d

 

BAIIA ajusté 2

 

77

-

n/d

1 Le prix moyen réalisé de l’uranium est calculé en divisant le revenu des ventes de concentré d’uranium, les frais de transport et de stockage par le volume des concentrés d’uranium vendus.

2 Mesure non IFRS, consultez la rubrique Mesures non IFRS ci-dessous.

3 Le prix moyen réalisé des services d'approvisionnement en combustible est calculé en divisant le revenu de la vente de services de conversion et de fabrication, y compris les grappes de combustible et les composants de réacteurs, les frais de transport et de stockage par les volumes vendus.

Le tableau ci-dessous montre les dépenses engagées au cours des périodes considérées pour l’uranium produit et acheté (consultez la rubrique Mesures non IFRS ci-dessous). Ces coûts n’incluent pas les coûts d'entretien et de maintenance, les frais de vente comme les redevances, le transport et les commissions, et ils ne reflètent pas l’impact des stocks d'ouverture sur notre coût des ventes déclaré.

 

 

TRIMESTRE

 

 

 

CLOS AU 31 MARS

 

($CAD/LIVRE)

2024

2023

VARIATION

Production

 

 

 

 

Coût décaissé

19,52

23,13

(16)%

 

Dépense hors caisse

9,79

10,82

(10)%

 

Coût de production total 1

29,31

33,95

(14)%

 

Quantité produite (millions de livres) 1

5,8

4,5

29%

Achats

 

 

 

 

Coût monétaire 1

87,75

66,92

31%

 

Quantité achetée (millions de livres) 1

2,6

0,4

>100%

Totaux

 

 

 

 

Coûts de production et d’achat

47,40

36,64

29%

 

Quantités produites et achetées (millions de livres)

8,4

4,9

71%

1 En raison de la comptabilisation à la valeur de consolidation, notre part de la production de la coentreprise Inkai est présentée comme un achat au moment de la livraison. Ces achats vont fluctuer au cours des différents trimestres et le calendrier des achats ne correspondra pas à la production. Au cours du trimestre, nous avons acheté 1,1 million de livres à la coentreprise Inkai à un prix par livre de 129,96 dollars (96,88 USD). Aucun achat à la coentreprise Inkai n’a eu lieu au premier trimestre 2023.

Mesures non IFRS

Les mesures non IFRS mentionnées dans ce document sont des mesures supplémentaires, qui servent d’indicateurs de notre performance financière. La direction estime que ces mesures non conformes aux IFRS fournissent des informations utiles aux investisseurs, aux analystes en valeurs mobilières, aux prêteurs et aux autres parties intéressées pour évaluer notre performance opérationnelle et notre capacité à générer des flux de trésorerie pour répondre à nos besoins de trésorerie. Ces mesures ne sont pas des mesures reconnues en vertu des IFRS, n’ont pas de significations normalisées et sont donc peu susceptibles d’être comparables à des mesures présentées par d’autres sociétés sous la même désignation. Ces mesures ne doivent donc pas être considérées isolément ou comme un substitut aux informations financières déclarées en vertu des IFRS. Voici les mesures non IFRS utilisées dans le présent document.

BÉNÉFICE NET AJUSTÉ

Le bénéfice net ajusté est notre bénéfice net attribuable aux actionnaires, ajusté pour tenir compte des éléments hors exploitation et hors trésorerie tels que les gains et les pertes sur produits dérivés, les ajustements à la provision de remise en état qui découlent d’autres charges d’exploitation qui, selon nous, ne reflètent pas le rendement financier sous-jacent pour la période de référence. D’autres éléments peuvent également être ajustés de temps à autre. Nous ajustons également cette mesure pour certains des éléments que nos sociétés mises en équivalence prennent pour parvenir à d’autres mesures non IFRS. Le bénéfice net ajusté est l’une des cibles que nous mesurons pour constituer la base d’une partie de la rémunération annuelle des employés et des dirigeants (consultez la rubrique Mesures de nos résultats dans notre rapport de gestion 2023).

Dans notre calcul du BNA, nous tenons compte des produits dérivés. Nous n’utilisons pas la comptabilité de couverture au sens des normes IFRS. Nous sommes donc tenus de déclarer les bénéfices et les pertes pour chaque activité de couverture, aussi bien pour les contrats se terminant durant la période que pour ceux qui sont en cours à la fin de la période. Nous devons traiter les contrats en cours comme s’ils étaient terminés à la fin de la période considérée (à leur valeur de marché). Toutefois, nous estimons que les bénéfices et les pertes que nous devons déclarer conformément aux normes IFRS ne reflètent pas correctement l’esprit qui sous-tend nos activités de couverture. C’est pourquoi nous procédons à des ajustements lors du calcul du BNA afin de mieux refléter l’impact de notre programme de couverture pour la période considérée. Veuillez consulter la rubrique Opérations de change dans notre rapport de gestion 2023 pour de plus amples renseignements.

Nous procédons également à des modifications des provisions de remise en état, qui sont directement comptabilisées dans le bénéfice. Chaque trimestre, nous sommes tenus de mettre à jour les provisions pour remise en état liées à toutes les opérations, en fonction des nouvelles estimations de flux de trésorerie, des taux d’actualisation et des taux d’inflation. Il en résulte généralement, en plus du solde de la provision, un ajustement de notre obligation liée à la mise hors service d’actifs. Lorsque les actifs liés à une opération ont été radiés en raison d’une dépréciation, comme c’est le cas pour nos activités de Rabbit Lake et ISR aux États-Unis, l’ajustement est comptabilisé directement dans le compte de résultat comme « autres charges (produits) d’exploitation ». Pour plus d’informations, voir la note 10 de nos états financiers intermédiaires. Ce montant a été exclu de notre mesure du BNA.

En raison du changement de propriété de Westinghouse au moment de son acquisition par Cameco et Brookfield, ses stocks à la date d’acquisition ont été réévalués en fonction du prix de marché à cette date. Au fur et à mesure que ces quantités sont vendues, le coût pour Westinghouse des produits et services vendus reflète ces valeurs marchandes, indépendamment des coûts historiques de Westinghouse. Notre part de ces coûts est incluse dans les bénéfices des sociétés mises en équivalence et enregistrée dans le coût des produits et services vendus dans les informations sur les sociétés émettrices (voir la note 7 des états financiers). Étant donné que cette charge est hors trésorerie, en dehors du cours normal des activités et qu’elle n’existe qu’en raison du changement de propriété, nous avons exclu notre part de notre mesure du BNA.

Westinghouse a également imputé certains coûts de transition hors exploitation liés à l’acquisition que les parties acquérantes ont accepté de payer, ce qui a conduit à une réduction du prix d'achat payé. Notre part de ces coûts est incluse dans les bénéfices des sociétés mises en équivalence et enregistrée dans les autres charges dans les informations sur les sociétés émettrices (voir la note 7 des états financiers). Étant donné que cette charge est en dehors du cours normal des activités et qu’elle n’existe qu’en raison du changement de propriété, nous avons exclu notre part de notre mesure du BNA.

Afin de faciliter la compréhension de ces mesures, le tableau ci-dessous présente un rapprochement du bénéfice net ajusté et de notre bénéfice net pour le premier trimestre de 2024 et effectue une comparaison avec la même période en 2023.

 

 

TRIMESTRE

 

 

CLOS AU 31 MARS

(EN MILLIONS $)

2024

2023

Bénéfice (perte) net(te) attribuable aux actionnaires

(7)

119

Ajustements

 

 

 

Ajustements sur produits dérivés

33

(6)

 

Ajustements sur le bénéfice issu des sociétés mises en équivalence

 

 

 

Comptabilisation des achats de stock (après impôts)

38

-

 

Coûts de transition liés à l’acquisition (après impôts)

14

-

 

Ajustements des autres revenus d'exploitation

(15)

(2)

 

Impôts sur les bénéfices sur les ajustements

(7)

4

Bénéfice net ajusté

56

115

Le tableau ci-dessous montre les facteurs de changement du bénéfice net ajusté (une mesure non IFRS, voir ci-dessus) au cours du premier trimestre 2024 par rapport à la même période en 2023.

 

 

TRIMESTRE

 

 

CLOS AU 31 MARS

(EN MILLIONS $)

IFRS

AJUSTÉ

Bénéfice net – 2023

119

115

Variation de la marge brute par segment

 

 

(La marge brute est calculée en déduisant du chiffre d’affaires le coût des produits et services vendus, ainsi que la dépréciation et l'amortissement)

Uranium

Incidence des variations du volume des ventes

(35)

(35)

 

Hausse des prix réalisés (USD)

119

119

 

Hausse des coûts

(52)

(52)

 

Variation – uranium

32

32

Services d’approvisionnement en combustible

Incidence des variations du volume des ventes

(12)

(12)

 

Hausse des prix réalisés ($CAD)

16

16

 

Hausse des coûts

(16)

(16)

 

Variation – services d’approvisionnement en combustible

(12)

(12)

Autres variations

 

 

Baisse des dépenses d’administration

4

4

Hausse des dépenses d’exploration

(1)

(1)

Variation des provisions pour remise en état

15

2

Baisse du bénéfice tiré des sociétés mises en équivalence

(103)

(51)

Variation du bénéfice (perte) sur produits dérivés

(43)

(4)

Variation des gains (pertes) de change

19

19

Baisse du résultat financier

(22)

(22)

Variation du recouvrement (charge) d’impôts sur les bénéfices

5

(6)

Autres

(20)

(20)

Bénéfice (perte) net(te) – 2024

(7)

56

BAIIA

Le BAIIA est défini comme le bénéfice net attribuable aux actionnaires, ajusté en fonction des coûts liés à l’impact de la structure de capital et fiscale de la société, y compris les dépréciations et amortissements, les revenus financiers, les charges financières (y compris l’accumulation) et les impôts sur les bénéfices.

BAIIA AJUSTÉ

Le BAIIA ajusté est défini comme le BAIIA ajusté pour tenir compte de l’incidence de certains coûts ou bénéfices comptabilisés au cours de la période, qui ne sont pas indicatifs de la performance commerciale sous-jacente ou qui ont une incidence sur la capacité d’évaluation de la performance opérationnelle de l’entreprise. Ces ajustements comprennent les montants indiqués dans la définition du bénéfice net ajusté.

Dans le calcul du BAIIA ajusté, nous ajustons également les éléments inclus dans les résultats de nos sociétés mises en équivalence qui ne sont pas des ajustements afin de parvenir à notre mesure du BNA. Ces éléments sont déclarés dans la rubrique des autres dépenses dans les informations financières de l'entité émettrice et ne sont pas représentatifs des opérations sous-jacentes. Il s’agit notamment des gains/pertes sur les couvertures non désignées, des coûts de transaction, d’intégration et de restructuration liés aux acquisitions et des gains/pertes sur la cession d’une activité.

La société pourrait à l’avenir réaliser des gains similaires ou engager des dépenses similaires.

MARGE DU BAIIA AJUSTÉ

La marge du BAIIA ajusté est définie comme le BAIIA ajusté divisé par le chiffre d’affaires pour la période concernée.

Le BAIIA, le BAIIA ajusté et la marge du BAIIA ajusté sont des mesures non IFRS qui nous permettent, ainsi qu’aux autres utilisateurs, d’évaluer les résultats des opérations dans une perspective de gestion sans tenir compte de notre structure de capital. Afin de permettre une meilleure compréhension de ces mesures, le tableau ci-dessous établit un rapprochement entre le bénéfice avant impôts sur les bénéfices et le BAIIA et le BAIIA ajusté pour le premier trimestre des exercices 2024 et 2023.

Pour le trimestre clos au 31 mars 2024 :

 

 

SERVICES D’APPROVISIONNEMENT

 

 

 

(EN MILLIONS $)

URANIUM

EN COMBUSTIBLE

WESTINGHOUSE

AUTRES

TOTAL

Bénéfice (perte) net(te) attribuable aux actionnaires

253

 

20

(123

)

(157

)

(7

)

Dépréciation et amortissement

37

 

5

-

 

1

 

43

 

Produits financiers

-

 

-

-

 

(6

)

(6

)

Charges financières

-

 

-

-

 

38

 

38

 

Impôts sur les bénéfices

-

 

-

-

 

31

 

31

 

 

290

 

25

(123

)

(93

)

99

 

Ajustements sur les sociétés mises en équivalence

 

 

 

 

 

Dépréciation et amortissement

8

 

-

85

 

-

 

 

Revenus financiers

-

 

-

(2

)

-

 

 

Charges financières

-

 

-

64

 

-

 

 

Impôts sur les bénéfices

20

 

-

(37

)

-

 

 

Ajustements nets sur les sociétés mises en équivalence

28

 

-

110

 

-

 

138

 

 

 

 

 

 

 

BAIIA

318

 

25

(13

)

(93

)

237

 

Bénéfice sur produits dérivés

-

 

-

-

 

33

 

33

 

Autres revenus d'exploitation

(15

)

-

-

 

-

 

(15

)

 

303

 

25

(13

)

(60

)

255

 

Ajustements sur les sociétés mises en équivalence

 

 

 

 

 

Comptabilisation des achats de stock

-

 

-

50

 

-

 

 

Coûts de transition liés à l'acquisition

-

 

-

19

 

-

 

 

Autres charges

-

 

-

21

 

-

 

 

Ajustements nets sur les sociétés mises en équivalence

-

 

-

90

 

-

 

90

 

 

 

 

 

 

 

BAIIA ajusté

303

 

25

77

 

(60

)

345

 

Pour le trimestre clos au 31 mars 2023 :

 

 

SERVICES D’APPROVISIONNEMENT

 

 

(EN MILLIONS $)

URANIUM

EN COMBUSTIBLE

AUTRES

TOTAL

Bénéfice (perte) net(te) attribuable aux actionnaires

189

 

31

(101

)

119

 

Dépréciation et amortissement

68

 

8

1

 

77

 

Revenus financiers

-

 

-

(28

)

(28

)

Charges financières

-

 

-

24

 

24

 

Impôts sur les bénéfices

-

 

-

36

 

36

 

 

257

 

39

(68

)

228

 

Ajustements sur les sociétés mises en équivalence

 

 

 

 

Dépréciation et amortissement

2

 

-

-

 

-

 

Impôts sur les bénéfices

4

 

-

-

 

-

 

Ajustements nets sur les sociétés mises en équivalence

6

 

-

-

 

6

 

 

 

 

 

 

BAIIA

263

 

39

(68

)

234

 

Perte sur produits dérivés

-

 

-

(6

)

(6

)

Autres revenus d'exploitation

(2

)

-

-

 

(2

)

 

 

 

 

 

BAIIA ajusté

261

 

39

(74

)

226

 

COÛT DÉCAISSÉ PAR LIVRE, DÉPENSE HORS CAISSE PAR LIVRE ET COÛT TOTAL PAR LIVRE POUR L’URANIUM PRODUIT ET ACHETÉ

Le coût décaissé par livre, la dépense hors caisse par livre et le coût total par livre pour l’uranium produit et acheté sont des mesures non IFRS. Nous utilisons ces mesures pour évaluer la performance de notre activité uranium. Ces mesures ne sont pas nécessairement indicatives du résultat d'exploitation ou du flux de trésorerie issu des activités tels que déterminés selon les IFRS.

Afin de permettre une meilleure compréhension de ces mesures, le tableau ci-dessous établit un rapprochement entre le coût des produits vendus et la dépréciation et l'amortissement pour le premier trimestre de 2024 et 2023.

 

 

TRIMESTRE

 

 

CLOS AU 31 MARS

(EN MILLIONS $)

2024

2023

Coût des produits vendus

355,9

390,0

Ajouter / (soustraire)

 

 

 

Redevances

(17,8)

(24,7)

 

Coûts d'entretien et de maintenance

(12,2)

(11,9)

 

Autres coûts de vente

(4,9)

(2,7)

 

Variation des stocks

20,4

(219,8)

Coûts d'exploitation au comptant (a)

341,4

130,9

Ajouter / (soustraire)

 

 

 

Dépréciation et amortissement

36,7

67,9

 

Coûts d'entretien et de maintenance

(0,2)

(1,6)

 

Variation des stocks

20,3

(17,6)

Coûts d'exploitation totaux (b)

398,2

179,6

Uranium produit et acheté (millions de livres) (c)

8,4

4,9

Coûts décaissés par livre (a ÷ c)

40,64

26,71

Coûts totaux par livre (b ÷ c)

47,40

36,64

Rapport de gestion et états financiers

Le rapport de gestion et les états financiers consolidés condensés intérimaires non audités du premier trimestre fournissent une explication détaillée de nos résultats d’exploitation pour le trimestre clos au 31 mars 2024, par rapport à la même période de l’an dernier. Le présent communiqué de presse doit être consulté parallèlement à ces documents, ainsi que nos états financiers consolidés audités et notes pour l’exercice clos au 31 décembre 2023, et le rapport de gestion annuel, ainsi que notre notice annuelle la plus récente, tous disponibles sur notre site Internet à l’adresse cameco.com, sur SEDAR+ à l’adresse www.sedarplus.com et sur EDGAR à l’adresse sec.gov/edgar.shtml.

Personnes qualifiées

Les informations techniques et scientifiques fournies dans le présent document au sujet de nos actifs physiques de McArthur River/Key Lake, Cigar Lake et Inkai ont été approuvées par les personnes suivantes, qui sont des personnes qualifiées aux fins du Règlement 43-101 :

MCARTHUR RIVER/KEY LAKE

  • Greg Murdock, directeur général, McArthur River, Cameco

  • Daley McIntyre, directrice générale, Key Lake, Cameco

CIGAR LAKE

  • Lloyd Rowson, vice-président, services techniques, Cigar Lake, Cameco

INKAI

  • Sergey Ivanov, directeur général adjoint, services techniques, Cameco Kazakhstan LLP

Avertissement concernant les énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse inclut des déclarations et informations sur nos attentes pour l’avenir, que nous considérons comme des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs sont basés sur notre point de vue actuel, qui peut varier considérablement, et les résultats et événements réels sont susceptibles de différer sensiblement de ceux que nous prévoyons à l’heure actuelle. Voici des exemples d’énoncés prospectifs dans ce communiqué de presse : notre avis concernant la dynamique positive de l’énergie nucléaire, son soutien continu sur l'ensemble du cycle et la transition de certains secteurs vers des sources d’énergie fournissant une électricité propre, constante et fiable ; les répercussions des événements géopolitiques sur les stratégies d'approvisionnement des clients en combustible nucléaire, et notre attente que Cameco et Westinghouse bénéficieront du fait qu’elles possèdent des opérations sous licence et autorisées dans des juridictions stables sur le plan géopolitique ; notre stratégie en matière de portefeuille de contrats et notre prévision que nous profiterons d’un potentiel haussier accru, créant de la valeur et offrant une forte génération de trésorerie par son biais et grâce à notre portefeuille croissant d’activités en discussion ; notre vision d’alimenter un monde d'air pur et notre conviction quant à la capacité de notre stratégie à y parvenir d’une manière reflétant nos valeurs ; notre engagement à faire face aux risques et opportunités qui, selon nous, rendront notre entreprise durable sur le plus long terme ; notre ambition d’atteindre les prévisions pour 2024 fournies dans notre rapport de gestion 2023, y compris la forte génération de trésorerie prévue, notre chiffres d’affaires consolidé estimé et notre part dans le BAIIA ajusté et la perte nette de Westinghouse pour 2024 ; des coûts d’achat à Inkai supérieurs attendus, leur impact cash sur le coût unitaire moyen des ventes et notre attente d’une compensation partielle par le biais des dividendes que nous recevons de la coentreprise Inkai ; nos estimations de production pour 2024 sur les sites de McArthur River/Key Lake et de Cigar Lake ; nos attentes quant à un retour à notre structure tarifaire de niveau 1 avec une amélioration des prix, notre augmentation attendue de la production de conversion d’UF 6 et notre attente d’une forte génération de trésorerie en 2024 ; notre intention de donner la priorité au remboursement du principal restant dû sur le prêt à terme utilisé pour financer l’acquisition de Westinghouse ; nos plans de refinancement de notre débenture de premier rang non garantie arrivant à maturité le 24 juin 2024 ; nos attentes concernant le rendement financier de la coentreprise Inkai en 2024 et le bénéfice que nous recevrions de dividendes futurs ; nos attentes concernant la réception des livraisons d’Inkai cette année, l’objectif de production de la coentreprise Inkai, sa capacité à obtenir des volumes suffisants d’acide sulfurique et notre capacité à faire appel à d'autres sources d’approvisionnement pour limiter le risque de déficits ou retards de production au niveau des livraisons attendues d’Inkai ; notre point de vue que les perspectives commerciales à long terme pour Westinghouse continuent de s’améliorer ; ainsi que la date prévue de l’annonce de nos résultats pour le deuxième trimestre 2024.

Les risques importants qui pourraient conduire à des résultats différents comprennent : des changements inattendus affectant l’offre, la demande, les contrats à long terme et les prix de l’uranium ; des changements affectant la demande des consommateurs pour l’énergie nucléaire et l’uranium induits par l’évolution des opinions et des objectifs sociétaux à l’égard de l’énergie nucléaire, de l’électrification et de la décarbonation ; le risque que nos opinions concernant l’énergie nucléaire, son profil de croissance et ses avantages se révèlent erronées ; le risque que nous ne soyons pas en mesure d’atteindre les niveaux de production anticipés dans les délais prévus pour Cigar Lake et McArthur River/Key Lake, ou que les coûts impliqués pour y parvenir dépassent nos attentes ; le risque que les niveaux de production à Inkai n’atteignent pas les niveaux attendus ou que le société ne soit pas en mesure de livrer sa production ; les risques pour les activités de Westinghouse associés à de potentielles perturbations de la production, à la mise en œuvre de ses objectifs commerciaux, à la conformité avec les exigences en matière de permis ou d’assurance qualité, ou que la société n’atteigne pas la croissance attendue ; le risque que nous ne soyons pas en mesure de respecter nos engagements de vente pour quelque raison que ce soit ; les risques pour nos activités associés à de potentielles perturbations de la production, y compris ceux liés aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale, à l’incertitude économique mondiale, à la volatilité politique, aux problèmes de relations de travail et aux risques opérationnels ; le risque que nous ne soyons pas en mesure de réaliser nos objectifs commerciaux d’une manière compatible avec nos valeurs écologiques, sociales, de gouvernance et autres valeurs ; le risque que la stratégie que nous poursuivons s’avère infructueuse ou que nous ne soyons pas en mesure de l'exécuter avec succès ; le risque que nous ne réalisions pas les bénéfices attendus de l’acquisition de Westinghouse ; le risque que Westinghouse ne soit pas en mesure de concrétiser ses objectifs d’affaires d'une manière compatible avec nos valeurs écologiques, sociales, de gouvernance et autres valeurs ; ainsi que le risque que nous soyons retardés dans l’annonce de nos résultats financiers futurs.

En présentant les informations prospectives, nous avons formulé des hypothèses importantes qui peuvent s’avérer incorrectes concernant : la demande, l’offre, la consommation et les contrats à long terme pour l’uranium, la croissance de la demande et l’acceptation publique mondiale de l’énergie nucléaire, et les prix ; notre production, nos achats, nos ventes, nos livraisons et nos coûts ; les conditions du marché et d’autres facteurs sur lesquels nous avons fondé nos plans et prévisions futurs ; les discussions concernant notre pipeline de contrats ; notre capacité à limiter les conséquences indésirables des retards dans la livraison de notre part de la production d’Inkai ; les hypothèses concernant la production, les achats, les ventes, les livraisons et les coûts de Westinghouse, l’absence de perturbations commerciales et la réussite de ses plans et stratégies ; la réussite de nos plans et stratégies, notamment concernant la production anticipée ; l’absence de réglementations, politiques ou décisions gouvernementales nouvelles ou défavorables ; qu’il n’y aura pas de conséquences négatives significatives pour nos activités résultant de perturbations de la production, y compris celles liées aux perturbations de l’approvisionnement, ainsi qu’à l’incertitude et à la volatilité économiques ou politiques, aux problèmes de relations de travail, aux infrastructures vieillissantes et aux risques opérationnels ; les hypothèses relatives à la croissance du BAIIA ajusté de Westinghouse, ainsi que notre capacité à annoncer les résultats financiers futurs aux dates prévues.

Veuillez également vous référer à la discussion dans notre rapport de gestion 2023 et à notre plus récente notice annuelle pour connaître les autres risques importants susceptibles de provoquer un écart substantiel entre les résultats réels et nos attentes actuelles, ainsi que d'autres hypothèses importantes que nous avons formulées. Les informations prospectives sont conçues pour vous aider à comprendre le point de vue actuel de la direction sur nos perspectives à court et long terme et peuvent ne pas convenir à d'autres fins. Nous ne mettrons pas nécessairement ces informations à jour, à moins que les lois sur les valeurs mobilières ne l'imposent.

Conférence téléphonique

Nous vous invitons à participer à notre conférence téléphonique du premier trimestre le mardi 30 avril 2024 entre 8h00 et 9h00, heure de l’est.

La conférence sera ouverte à tous les investisseurs et aux médias. Pour y participer, composez le (800) 319-4610 (Canada et États-Unis) ou le (604) 638-5340. Un opérateur vous mettra en relation avec la conférence. Les diapositives et la webdiffusion en direct de la conférence téléphonique seront accessibles en cliquant sur un lien indiqué à l’adresse cameco.com. Ce lien figurera sur notre page d’accueil le jour de la conférence.

Une version enregistrée des débats sera disponible :

  • sur notre site internet, cameco.com, juste après la conférence

  • en post-view jusqu’à minuit, heure de l’est, le 30 mai 2024, en appelant le (855) 669-9658 (Canada et États-Unis) ou le (604) 674-8052 (code d’accès 0802)

Date de publication du rapport du deuxième trimestre 2024

Nous prévoyons d’annoncer nos résultats du deuxième trimestre 2024 avant l’ouverture des marchés, le mercredi 31 juillet 2024.

À propos de Cameco

Cameco est l’un des plus grands fournisseurs mondiaux du combustible d’uranium indispensable pour alimenter en énergie un monde d’air pur. Nous devons notre position concurrentielle au fait que nous détenons le contrôle des plus grandes réserves à haute teneur au monde, avec des opérations à faible coût, ainsi que des investissements importants dans le cycle du combustible nucléaire, y compris des participations dans Westinghouse Electric Company et Global Laser Enrichment. Dans le monde entier, des services publics comptent sur Cameco pour fournir des solutions globales de combustible nucléaire pour produire une électricité nucléaire sûre, fiable et zéro carbone. Les actions de Cameco sont cotées aux bourses de Toronto et de New York. Notre siège social est situé à Saskatoon, dans la province de la Saskatchewan au Canada.

Tels qu’utilisés dans le présent communiqué de presse, les termes « nous », « notre », « nos », « Société » et « Cameco » désignent Cameco Corporation et ses filiales, sauf mention contraire.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20240429754300/fr/

Contacts

Relations avec les investisseurs :
Cory Kos
306-716-6782
cory_kos@cameco.com

Relations avec les médias :
Veronica Baker
306-385-5541
veronica_baker@cameco.com