La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 783,04
    +185,12 (+0,55 %)
     
  • Nasdaq

    11 049,76
    +91,21 (+0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 574,43
    -111,97 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0547
    +0,0033 (+0,32 %)
     
  • HANG SENG

    19 450,23
    +635,41 (+3,38 %)
     
  • BTC-EUR

    16 072,99
    +13,06 (+0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    398,68
    +3,99 (+1,01 %)
     
  • S&P 500

    3 957,23
    +23,31 (+0,59 %)
     

Le calendrier de la renationalisation d'EDF a été dévoilé par l'AMF

Kévin Comte

Dans son avis sur la conformité du projet de renationalisation d'EDF par l'Etat français, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a expliqué mercredi les motivations de sa décision aux petits actionnaires, qui critiquent cette opération. Mardi, le gendarme boursier français a accordé son feu vert a cette opération. Il précise ce mercredi ses motivations et le calendrier de l'offre publique d'achat (OPA) simplifiée. L'acquisition des titres se fera du 24 novembre au 22 décembre, une fenêtre décalée par rapport aux dates initialement prévues en raison du report de la décision de conformité de l'AMF. Trois séances auront été nécessaires à l'autorité pour examiner le dossier et rendre sa décision.

L'AMF revient notamment sur les contestations exprimées par des petits actionnaires d'EDF, majoritairement des salariés et anciens salariés, qui protestent contre l'avis "favorable" pris le 27 octobre par le conseil d'administration (CA) d'EDF concernant la renationalisation du groupe et surtout le prix de 12 euros par action proposé par l'Etat, jugé trop faible. Un rapport réalisé par un expert indépendant et présenté au conseil d'administration avait validé ce prix. Ces actionnaires, qui détiennent conjointement moins de 1,5% du capital, réclament a minima 15 euros par action au lieu de 12.

Selon l'AMF, la méthode d'analyse financière de l'expert indépendant est "particulièrement adaptée aux caractéristiques" d'EDF, car elle tient compte "des activités et des marchés très différents" dans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les prêts garantis par l'Etat vont-ils plomber notre économie ?
27% des enfants de moins de deux ans ont déjà été exposés aux écrans
Les sénateurs se déchirent sur le budget des transports franciliens
Les fausses promos du Black Friday, les ratés du bonus-malus de l’assurance chômage… Le flash éco du jour
Flambée des prix de l'énergie : le Sénat renforce le "filet de sécurité" pour les collectivités locales