La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 171,92
    -438,00 (-2,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Des caddies remplis facturés quelques euros... des caissières allégeaient la note de leurs proches

PhotoAlto/James Hardy/Getty Images

Il aura fallu plus de deux mois d'enquête pour mettre au jour cette vaste affaire d'escroquerie, rapporte La Voix du Nord. Preuve de son importance, le commissariat de Lens l'avait même qualifiée de "l'affaire D'Artagnan" en rapport aux mousquetaires, puisque le supermarché concerné est un Intermarché, propriété du groupe Les Mousquetaires. Pendant plusieurs mois, trois femmes de 25 à 35 ans employées à Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais) avaient donc pris l'habitude de faire des fleurs à leurs proches lorsqu'ils passaient en caisse.

Selon une source proche du dossier interrogée par nos confrères, leur stratagème était relativement simple. Elles passaient les articles en caisse, mais au moment du passage devant le code-barres, elles le cachaient "discrètement". Avec tous les bips des autres caisses, "quasi impossible de s'en rendre compte", confie la source. Les trois femmes étaient en réalité proches, deux étant des meilleures amies, et la dernière leur voisine. Mais personne ne le savait dans le magasin. Leurs manigances ont été mises au jour en octobre dernier lorsque l'une d'elles a rouvert sa caisse pour faire passer un proche. Mais lorsqu'il lui a été demandé de vérifier sa caisse en comparant la valeur du chariot, la direction a remarqué un problème.

La caissière n'a pas mis longtemps à se mettre à table et a avoué la fraude, dénonçant au passage ses deux autres collègues. Embauchées entre octobre 2021 et juin 2022, elles ont été licenciées pour faute grave, mais la direction (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Malgré la grève, la réforme des retraites "entrera en vigueur", prévient Aurore Bergé
Pourquoi les bouches d'égout sont la nouvelle cible des voleurs ?
PSG : Hidalgo ne veut pas vendre le Parc des Princes, réponse acerbe du club
Grève du 19 janvier : Fabien Roussel exhorte "un million" de Français "à déferler dans la rue"
Comment un site de box de stockage est devenu le lieu d'une escroquerie à grande échelle ?