La bourse ferme dans 3 h 29 min
  • CAC 40

    7 211,24
    +91,41 (+1,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 265,93
    +56,78 (+1,35 %)
     
  • Dow Jones

    33 949,01
    -207,68 (-0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,0774
    +0,0055 (+0,52 %)
     
  • Gold future

    1 893,30
    +2,60 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 107,13
    -516,39 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,83
    -13,06 (-2,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,17
    -0,30 (-0,38 %)
     
  • DAX

    15 618,68
    +206,63 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 944,55
    +59,38 (+0,75 %)
     
  • Nasdaq

    11 910,52
    -203,27 (-1,68 %)
     
  • S&P 500

    4 117,86
    -46,14 (-1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,35
    -22,11 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    21 624,36
    +340,84 (+1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,2159
    +0,0089 (+0,73 %)
     

C’est au tour de Spotify de licencier une partie de ses employés

Spotify a annoncé le renvoi d’une partie de ses salariés, à cause du mauvais contexte économique et pour tenter de réduire les coûts. L’entreprise est la dernière d’une longue liste de sociétés de la tech forcées de réduire leur nombre d’employés.

L’hémorragie continue. Après Facebook, Google, Amazon, et Microsoft, c’est désormais au tour de Spotify de licencier une partie de ses employés. Le géant du streaming musical a annoncé la nouvelle par une note adressée à ses salariés, publiée le 23 janvier 2023. « Afin de réduire nos dépenses, nous avons pris la difficile, mais nécessaire, décision de réduire le nombre de nos employés », explique dans la lettre Daniel Ek, le patron de la plateforme. Le plan de licenciements va concerner 6 % des employés, soit 600 personnes sur les 9 808 salariés de l’entreprise.

La faute à une situation « macroéconomique difficile »

Si Daniel Ek explique que la décision a été dure à prendre, il estime cependant qu’il n’y avait pas le choix. « En 2022, les coûts d’exploitation de Spotify ont été deux fois supérieurs à nos revenus », indique le président. « Cela n’aurait pas été soutenable dans n’importe quel contexte, mais dans cette situation macroéconomique difficile, cela aurait été encore plus dur de joindre les deux bouts ». Il ajoute que, malgré les coupes budgétaires mises en place par l’entreprise ces derniers mois,

[Lire la suite]