Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,98 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0845
    +0,0038 (+0,35 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 901,27
    +564,29 (+0,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,87 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,04 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,62 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,04 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2660
    +0,0034 (+0,27 %)
     

Budget de la Sécu : Elisabeth Borne déclenche le 49.3 pour la 20e fois pour une adoption définitive

Aurelien Meunier

Et de 20 ! Une nouvelle fois, Elisabeth Borne a déclenché vendredi 1er décembre l'article 49.3 de la Constitution à l'Assemblée nationale, pour obtenir cette fois l'adoption définitive sans vote du projet de budget de la Sécurité sociale. Ce 20ème recours au 49.3 a suscité en riposte l'annonce d'une nouvelle motion de censure par le groupe LFI, qui devrait comme les précédentes être repoussée. Ce qui vaudra adoption définitive du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2024. «C'est un budget de 640 milliards d'euros pour notre modèle social, ce sont des moyens en hausse pour notre santé, pour l'autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap», a fait valoir Elisabeth Borne, dans une intervention lapidaire.

La cheffe de file des députés Insoumis, Mathilde Panot, a répliqué sur X, avec un visuel de la Première ministre en train de vapoter : «Alors que près de quatre Français sur dix renoncent à se soigner, nous censurerons ce gouvernement incapable et autoritaire». Le déficit de la Sécu, désormais estimé à 8,7 milliards pour 2023, atteindrait 10,5 milliards toutes branches confondues en 2024 (contre 11,2 mds dans le texte initial) selon les dernières estimations du gouvernement. Les comptes sont notamment plombés par la hausse des dépenses de l'assurance maladie. Le gouvernement prévoit de les contenir à +3,2%, grâce à des mesures d'économies portant notamment sur les dépenses en médicaments, des laboratoires d'analyse ou encore les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le Kazakhstan et l'Ouzbékistan pourraient acheter le Rafale
Soulagement pour la France après le maintient de sa note AA par Standard & Poor's
FranceConnect : jusqu'à 20 000 euros à la clé, si vous parvenez à pirater la plateforme
COP28 : Capital se rend à Dubaï dans les coulisses de la conférence sur le climat
«Macaron démission !» : le coup marketing polémique de la marque de donuts Krispy Kreme