Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 741,86
    +373,35 (+0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 386,47
    +73,85 (+5,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

La Bourse de Paris a terminé stable, Renault et Saint-Gobain en hausse

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a terminé stable (-0,02%) à l'issue d'une séance attentiste avant la publication vendredi de données sur l'emploi aux Etats-Unis, importantes pour l'orientation de la politique monétaire de la banque centrale américaine.

L'indice vedette CAC 40 a reculé de 1,68 point à 8.151,55 points. Mercredi, il avait légèrement rebondi en prenant 0,29%.

"Le marché n'a pas trop de raison de s'inquiéter, sachant que les baisses des taux des banques centrales vont arriver, et en même temps il y a un peu d'attentisme", commente Alexandre Baradez, responsable de l'analyse marchés chez IG France.

PUBLICITÉ

La banque centrale américaine (Fed), qui maintient ses taux directeurs à leur plus haut niveau depuis plus de 20 ans, a signalé prévoir trois baisses en 2024, les marchés espérant que la première baisse arrivera en juin.

Lors de ces dernières déclarations, le président de la Fed, Jerome Powell, a rappelé "sa dépendance aux données macroéconomiques" et "aujourd'hui tout tourne autour de ces publications", selon Alexandre Baradez.

Dernièrement "on a observé une corrélation quasi-parfaite entre la réaction des marchés" après la publication d'indicateurs "et ce que la Fed regarde" pour déterminer l'orientation de sa politique monétaire.

Les investisseurs attendent en particulier les données américaines sur l'emploi qui seront publiées vendredi.

"Si les créations d'emploi sont moins nombreuses qu'anticipé, que le taux de chômage est plus élevé ou que les salaires progressent moins qu'attendu, cela signera le début des baisses des taux de la Fed", résume Alexandre Baradez.

Sur le marché obligataire, après une phase de tensions en début de semaine aux Etats-Unis et en Europe, les taux continuaient à se stabiliser après leur détente de la veille.

Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans ressortait à 4,35%, contre 4,34% mercredi, le taux d'intérêt de l'emprunt allemand à 10 ans, qui fait référence sur le Vieux continent, s'établissait à 2,36%, contre 2,39%. En France, le taux à même échéance était à 2,87% contre 2,90%.

Renault, la course en tête

Le constructeur automobile Renault affiche la meilleure progression du CAC 40 depuis le 1er janvier, le titre ayant gagné plus de 34%.

Jeudi, l'action a grimpé de 3,16 à 49,60 euros, soutenue par une note de la banque HSBC qui reconnaît l'entreprise comme étant "la plus performante parmi les équipementiers automobiles de l'Union européenne", et estimant que le titre peut encore progresser davantage.

Saint-Gobain, acquisition saluée

Le géant français des matériaux de construction Saint-Gobain a annoncé mercredi soir l'acquisition du groupe canadien Bailey, entreprise spécialisée dans les ossatures métalliques pour la construction légère, pour un montant de 600 millions d'euros (880 millions de dollars canadiens).

L'action a gagné 1,59% à 74,26 euros, signant la deuxième meilleure performance de la séance après Renault.

De possibles licenciements chez Alstom au Royaume-Uni

Le groupe ferroviaire français Alstom envisage des centaines de licenciements au Royaume-Uni, en raison de négociations qui piétinent avec le gouvernement britannique sur des commandes et appels d'offres, indique le Daily Telegraph jeudi.

Le groupe a clôturé en baisse de 1,02% à 14,06 euros. Depuis le 1er janvier, son titre a toutefois avancé de 15,39%.

Euronext CAC40

mgi/jco/nth