Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,19 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0879
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +2,40 (+0,10 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 768,70
    -822,05 (-1,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 351,84
    -22,00 (-1,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    -0,06 (-0,07 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,38 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,33 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,92 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,11 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2691
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Bourse : pétrole, inflation… la guerre Israël - Iran mènera-t-elle à un krach ?

hamara/Adobe Stock

CAC 40, Wall Street… La Bourse résiste jusqu’ici assez bien à la montée des tensions géopolitiques, même après l’offensive massive (avec plus de 300 drones et missiles lancés) de l’Iran contre Israël. Alors que Joe Biden a appelé à une réunion d’urgence des pays du G7 face au risque d’embrasement et que Téhéran se montre à ce stade peu pressée de donner dans la surenchère, le sentiment des marchés actions est qu’une escalade devrait être évitée, mais «l’incertitude est grande», souligne LBP AM, le pôle de gestion d’actifs de La Banque Postale.

D’autant que l’armée d'Israël semble toujours vouloir entrer à Rafah pour poursuivre le Hamas, avec de probables nouvelles victimes civiles à la clé, ce qui pourrait à nouveau attiser des tensions. Dans l'immédiat, si celles-ci devaient encore monter d’un cran au Moyen-Orient, les prix du pétrole pourraient à nouveau bondir, ce qui doperait l’inflation et fragiliserait la Bourse, d’autant que dans ce cas de figure, la trajectoire des taux directeurs de la BCE et de la Fed serait plus incertaine.

Et ce, alors que les Bourses américaine et européennes sont déjà freinées par la nette remontée des taux à long terme (+0,6 point de pourcentage en seulement trois mois pour le taux à 10 ans des Etats-Unis, car la Fed pourrait abaisser ses taux directeurs moins fortement que prévu), qui favorise des arbitrages favorables aux obligations d’Etat et au détriment des actions. A contrario, les obligations d’Etat américaines et l’or, considérées comme des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Planisware : introduction en Bourse de l'éditeur français de logiciels
CAC 40 : la Bourse de Paris rouge vif, Israël menace de riposter face à l'Iran
Carrefour mis lourdement à l'amende par le fisc en Italie
Taux : «la BCE assume l’éventualité d’une divergence avec la Fed», voici pourquoi
Ryanair : attention à ne pas acheter vos billets d’avion dans n’importe quelle agence de voyages