Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 732,59
    +928,91 (+1,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,97
    +59,35 (+4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

Bourse : CAC 40, Orange, BNP Paribas, Carrefour, LVMH, Pernod Ricard… au programme de Momentum cette semaine

Emmanuel Faure/Getty Images

Le CAC 40 a enchaîné sur une deuxième semaine de (léger) rebond, après la purge de mi-août. L’indice actions phare de la Bourse de Paris a profité entre autres des mesures de soutien décidées par la Chine (réduction des droits de timbre sur les transactions en Bourse, une mesure de soutien technique de Pékin), dont l’économie chancelle. Le CAC 40 a aussi profité du reflux des taux à long terme (les taux à 10 ans des obligations d’Etat) aux Etats-Unis et en Europe, un phénomène qui a un impact positif sur la valeur théorique des actions. Ce mouvement baissier sur les taux à long terme tend toutefois déjà à s’essouffler, à l’heure où ces lignes sont écrites.

Il faut dire que l'inflation fait de la résistance. Au vu des chiffres publiés cette semaine en Europe et aux Etats-Unis, la vitesse et l’amplitude du reflux de l’inflation ne seront pas toujours aussi nettes et rapides qu’avant l’été, met en garde LBP AM, le pôle de gestion d’actifs de La Banque Postale. En France et en zone euro, l’inflation est ressortie désagréablement forte, plus que prévu. Dans l’Hexagone, l’inflation a été dopée par le renchérissement de l’énergie (bond du tarif réglementé de l'électricité, hausse des prix du pétrole…).

Et l’inflation de la zone euro est elle aussi ressortie supérieure aux attentes des économistes, sur fond de renchérissement de l’énergie et des matières premières. Sur l’inflation européenne, “la surprise vient surtout de la hausse des prix de l’énergie” alors que les prix des autres biens (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite