Publicité
Marchés français ouverture 1 h 9 min
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • Nikkei 225

    38 799,57
    -77,14 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0806
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    18 018,14
    +80,30 (+0,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 605,06
    +358,70 (+0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 423,30
    +28,26 (+2,01 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     

Blockout 2024 : l’appel au boycott d’influenceurs peut-il nuire à leur business ?

Kristina Bumphrey / Getty

«Blockout 2024». Ce hashtag sur les réseaux sociaux désigne l’appel actuel au boycott des influenceurs qui n’apporteraient pas publiquement leur soutien aux Palestiniens face aux attaques menées par Israël depuis le 7 octobre. Tout a commencé le 6 mai au Metropolitan Museum of New York, lors du très attendu MET Gala. L’influenceuse américaine Haley Kalil aux 10 millions d’abonnés, vêtue d’une robe de créateur à plusieurs dizaines de milliers d’euros, poste une vidéo sur son compte TikTok, qu’elle accompagne d’une phrase qui sera bientôt le début d’un boycott général : «qu’ils mangent de la brioche», paraphrasant la reine Marie-Antoinette face à son peuple.

Une plaisanterie qui n’est «pas forcément la bienvenue en cette période de forte inflation et de contexte géopolitique tendu», estime Fadhila Brahimi, experte en communication pour les personnalités publiques. De fait, les internautes s’indignent de la déconnexion de la réalité des influenceurs, alors que, suivis par des millions de gens, ils devraient au contraire «utiliser leur voix à bon escient», et «ne pas se limiter à faire la promotion de la dernière marque à la mode», poursuit l’experte. Résultat, des personnalités comme Kim Kardashian ont perdu près de 800 000 abonnés en quelques jours. Ce ras-le-bol général pourrait-il impacter les revenus des créateurs de contenus, dont le modèle économique repose exclusivement sur le soutien que leur communauté leur apporte ?

Pas si sûr… Car ces pertes d’abonnés «ne sont pas forcément (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cet insolite chantier naval français fabrique des bateaux rompus à l'extrême
Voici le nombre de trains qu’Eurostar veut commander d’ici à 2030
Bourse : face au boom des énergies renouvelables, «le pétrole et le gaz n’ont pas dit leur dernier mot»
Engie : des résultats en recul au premier trimestre avec la baisse des prix de l’énergie
Naf Naf va-t-il être sauvé ? Trois offres de reprises sur la table