Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 560,81
    +702,74 (+1,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 368,11
    -5,73 (-0,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Biogaran bientôt sous pavillon indien : coup de massue en vue sur l'emploi ?

Pixabay

Biogaran représente à lui tout seul près d’un tiers des médicaments génériques produits en France. Mais cela pourrait très rapidement faire partie du passé. Pourquoi ? Car, selon les informations révélées en décembre par L’Informé et confirmées par Les Échos, la filiale française du groupe Servier va être revendue. Quatre candidats sont en lice pour reprendre le spécialiste des génériques. Problème : parmi les quatre, deux laboratoires indiens auraient tout intérêt à produire localement. Coup de massue en vue pour l’emploi en France ?

Comme le rappellent Les Échos, la moitié de ses 350 millions de boîtes produites chaque année le sont en France, et 90% en Europe. Mais ce sont des sous-traitants locaux qui s’en occupent. Pourront-ils rivaliser avec les coûts de production chinois et indiens ? L’année dernière, Biogaran a fait état d’une croissance solide de 8,8% à 1,1 milliard d’euros. Pourtant, le laboratoire n’est pas présent à l’étranger, d’où une possible vente par les laboratoires Servier qui n’ont d’ailleurs pas souhaité commenter. Ces derniers voudraient s’internationaliser et donc trouver un investisseur.

À ce jour, deux candidats européens sont en lice, selon Les Échos : le fonds BC Partners et un autre en tandem avec un industriel français. Problème : les sommes évoquées sont plus faibles qu’escomptées, aux alentours de 700 millions d’euros. La porte ouverte à un candidat indien ? Torrent Pharmaceuticals et Aurobindo Pharma sont sur les rangs, ce qui délocaliserait une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vacances 2024 : quelle est cette start-up grenobloise qui se rêve en «Airbnb des loisirs» ?
Total : des actionnaires veulent réduire les fonctions du PDG face au risque de «conflits d'intérêts»
Danone plombé par son départ de Russie mais début d’année «solide» en Europe
CAC 40 : la Bourse de Paris en hausse, le rapport de la Fed dans toutes les têtes
LVMH : est-il temps de repasser à l’achat sur le numéro un du luxe du CAC 40 ?