La bourse ferme dans 7 h 26 min
  • CAC 40

    6 590,41
    +20,46 (+0,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 801,66
    +12,04 (+0,32 %)
     
  • Dow Jones

    33 912,44
    +151,39 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0158
    -0,0006 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 792,70
    -5,40 (-0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    23 675,14
    -175,73 (-0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,65
    -21,11 (-3,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,69
    -0,72 (-0,81 %)
     
  • DAX

    13 867,17
    +50,56 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    7 533,71
    +24,56 (+0,33 %)
     
  • Nasdaq

    13 128,05
    +80,87 (+0,62 %)
     
  • S&P 500

    4 297,14
    +16,99 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,87 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    19 805,19
    -235,67 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2051
    -0,0007 (-0,06 %)
     

Autoroutes : le coût des péages pourrait bientôt exploser

Le gouvernement tente de prévenir cette augmentation malgré l'indexation partielle des prix des péages autoroutiers sur l'inflation.

Les prix des péages ont augmenté en moyenne de 2 % en 2022. En parallèle, l'inflation galopante atteint sur la période un taux record de 6 %. Partiellement indexés sur cette dernière, les prix des péages autoroutiers pourraient exploser à la rentrée 2023. Mais le gouvernement anticipe et assure au Figaro que des discussions seront engagées avec les exploitants "dès la rentrée avec les sociétés de concessionnaires pour éviter une forte augmentation".

Une clause dans le contrat qui lie les sociétés d'autoroute à l'État nourrit les inquiétudes du gouvernement. Dans un entretien au JDD le ministre des Transports Clément Beaune explique : "Une formule de revalorisation annuelle des péages prenant en compte l'inflation" figure dans le contrat. Les sociétés d'autoroute proposent vers novembre-décembre leurs calculs au ministère des Transports, qui applique la hausse des tarifs au 1er février suivant. La part de l'inflation représente généralement un tiers de cette revalorisation. Les deux tiers restants étant destinés aux investissements des sociétés d'autoroute.

"Il est inconcevable qu'il y ait une hausse [du prix des péages] en février prochain, de 7 % ou 8 %", a assuré dimanche dernier le ministre des Transports au JDD qui précise avoir "bon espoir". Si cette hausse contractuelle est validée par le Conseil d'État, le gouvernement est pointée du doigt pour les bénéfices qu'il en retire.

"Le gouvernement perçoit énormément d'argent dans le cadre de ces contrats", explique au Figaro (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Un camion hors de contrôle percute un péage en Chine

La Chine privilégie le scénario d'un blocus pour reconquérir Taïwan
Cet employé de T-Mobile aurait gagné une somme folle en débloquant illégalement des smartphones
Vague de chaleur : des dérogations environnementales accordées à cinq centrales nucléaires
Canalisations et cultures à sec: le gouvernement rattrapé par une sécheresse historique
Monkeypox : pourquoi des vaccins périmés ont été injecté

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles