Publicité
La bourse ferme dans 33 min
  • CAC 40

    8 081,48
    -59,98 (-0,74 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 022,18
    -24,81 (-0,49 %)
     
  • Dow Jones

    39 858,64
    -14,35 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0837
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 392,80
    -33,10 (-1,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 727,25
    -155,13 (-0,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 512,83
    -13,58 (-0,89 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,08
    -0,58 (-0,74 %)
     
  • DAX

    18 673,08
    -53,68 (-0,29 %)
     
  • FTSE 100

    8 348,85
    -67,60 (-0,80 %)
     
  • Nasdaq

    16 835,09
    +2,47 (+0,01 %)
     
  • S&P 500

    5 319,95
    -1,46 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2726
    +0,0014 (+0,11 %)
     

Augmenter les retraites moins vite que l’inflation, la solution pour résorber le déficit public ?

Illustration Capital

C’est un peu la course aux milliards. Depuis l’annonce d’un déficit public de 5,5% en 2023, l’exécutif fait les fonds de tiroir. Après avoir gelé 10 milliards d’euros de dépenses en février dernier (APL, aides à la rénovation énergétique…), il devra trouver 10 milliards d’euros supplémentaires, d’ici fin décembre, pour espérer réduire le déficit à 5,1%. Pour cinq économistes signataires d’une tribune dans Le Monde le 15 avril dernier, le recul du déficit doit passer par une contribution des retraités. Deux d’entre eux, Arnaud Chéron et Anthony Terriau, professeurs des universités au Mans, expliquent à Capital comment il serait possible de procéder.

Que préconisez-vous pour faire baisser le déficit public ?

Anthony Terriau : Aujourd’hui, la dette représente quasiment 110% du PIB, soit 3 000 milliards d’euros. Nous avons commencé à regarder qui ont été les principaux bénéficiaires de cette dette publique. Comme l’Etat a vécu à crédit pendant les 50 dernières années, les personnes qui en ont le plus profité sont les seniors, via le système fiscal et les prestations sociales qui ont dépassé largement le montant des contributions qu’ils ont versées.

Arnaud Chéron : Un jeune qui entre sur le marché du travail fait face à un taux de prélèvement obligatoire 10 points plus élevé que le taux que les retraités ont connu lorsqu’ils ont commencé leur activité. On a dépensé plus que ce que l’on prélevait ce qui rend les choses plus délicates aujourd’hui.

PUBLICITÉ

>> Notre service - Une question sur votre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Retraite : un accord sur les fins de carrière à la SNCF pour limiter les effets de la réforme
Ehpad, aide à domicile : faute de financements publics, le secteur s’enfonce dans la crise
Réforme des retraites : le calendrier des mesures encore attendues, un an après son vote
Comment est pris en compte le chômage pour la retraite ?
Pension de réversion, Aspa : les démarches pour toucher ces aides seront bientôt simplifiées