Publicité
La bourse ferme dans 7 h 18 min
  • CAC 40

    8 101,81
    +6,84 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 037,85
    +2,44 (+0,05 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0853
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    2 339,50
    +5,00 (+0,21 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 399,70
    -496,73 (-0,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 492,07
    +7,87 (+0,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,82
    +0,10 (+0,13 %)
     
  • DAX

    18 710,77
    +17,40 (+0,09 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 900,02
    +253,91 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    18 829,79
    +220,85 (+1,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,2740
    +0,0000 (+0,00 %)
     

Arthur vs Nespresso : la «guerre des dosettes» n’est pas terminée

Foc Kan/WireImage

Dans ce qui est surnommé la «guerre des dosettes», l'animateur accuse la société détenue par Nestlé de sabotage et réclame 286 millions d'euros de dommages et intérêts. Selon les plaignants, Nespresso aurait entravé l'activité d'Ethical Coffee Company (ECC), pour préserver son hégémonie sur le marché des capsules de café. La procédure regroupe onze créanciers d'ECC, une entreprise fondée en 2008 par un ancien cadre de Nespresso avec pour objectif de commercialiser des capsules biodégradables, moins chères et compatibles avec les machines à café de son ancien employeur, rapporte Entrevue le 8 mai.

Dès son lancement, ECC a dû faire face à de nombreuses déconvenues, notamment des modifications répétées des machines Nespresso pour entraver la compatibilité avec les capsules concurrentes. Mais épuisée par la multiplication des procédures en justice dans ce qui avait été surnommé «la guerre des dosettes», ECC avait dû cesser son activité en 2017 avant que sa faillite ne soit prononcée en 2018. Après une décennie d'affrontements judiciaires, les plaignants ont finalement obtenu une victoire importante en 2021. Après avoir d'abord réclamé 298 millions d'euros, ils exigent désormais une compensation de 286 millions pour les préjudices subis, arguant que c'est ce montant correspond aux torts infligés par Nespresso aux investisseurs de ECC. De son côté, Nespresso dit avoir pris connaissance de la plainte sans faire de commentaires, affirmant seulement qu'elle défendra sa position en justice. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Santé : le premier patient à avoir reçu une greffe de rein de porc est décédé deux mois après l’opération
Assurance chômage : le gouvernement s’apprête à dévoiler les nouvelles règles de la réforme
Une startup suisse planche sur des drones tueurs autonomes pour l'Ukraine
Louer un van plutôt qu'une chambre Airbnb : la solution bon marché pour les vacances d'été ?
Fleur Pellerin : «Alignons nos intérêts sur ceux de la planète»