La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 781,90
    -23,60 (-1,31 %)
     
  • BTC-EUR

    14 209,44
    -68,93 (-0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Il reçoit un faux mail de sa nièce, il évite de justesse l'arnaque

·2 min de lecture
Un grand classique (illustration Getty Images)
Un grand classique (illustration Getty Images)

À Toul (Meurthe-et-Moselle), la police a reçu la plainte d’un homme passé pas loin de se faire hameçonner par mail. Il a tenté d’envoyer de l’argent après avoir reçu un message expliquant que sa nièce souffrirait d’un cancer.

C’est un grand classique de nos courriers indésirables. Une personne nous explique avoir un besoin urgent d’argent, souvent du fait de la survenue d’une maladie. Parfois, le message semble provenir d’un proche, qui en réalité s’est fait pirater sa messagerie. Souvent, on identifie assez rapidement la supercherie. Mais parfois, elle semble si réelle qu’on peut tomber dans le panneau. C’est ce qui a failli arriver à ce Lorrain, à deux doigts de se faire délester de quelques centaines d’euros, raconte L’Est Républicain.

Maladie, factures et virement

Dans le mail qu’il reçoit début novembre, le Toulois apprend que sa nièce qui, et c’est véridique, habite en région parisienne, serait tombée malade. C’est grave : elle a un cancer du larynx, si avancé qu’elle ne peut plus s’exprimer au téléphone. D’où le mail, qui explique en outre qu’elle n’a pas pu régler toutes ses factures avant son admission à l’hôpital, et qu’elle a désespérément besoin de 1 000 €.

Le fait que la somme soit demandée en six virements différents n’interpelle pas l’oncle. Il se rend au bureau de tabac le plus proche et achète une carte prépayée Transcash, qui permet d’émettre des virements à une personne tierce. Il s’apprête à procéder à un premier transfert, mais la machine bloque. Il essaye encore : nouvel échec. Alors il se décide à appeler sa nièce. Si elle ne peut pas parler, elle peut au moins écouter.

Du piratage au hameçonnage

Surprise, la nièce en question répond d’une voix enjouée. Malade ? Pas du tout, en pleine forme ! Un besoin d’argent ? Que nenni, tout va bien. Ensemble, la nièce et son oncle comprennent : la première s’est faite pirater sa boite mail, et le second s’est fait arnaquer... ou presque.

Il se rend aussitôt au commissariat de police de sa ville pour déposer plainte. Selon lui, le message comprenait de nombreux détails sur la vie privée de sa nièce, détails qui ont pu l’induire en erreur. S’il ne sera probablement pas évident de confondre les auteurs de l’arnaque, cela a au moins le mérite de rappeler une chose : ne jamais, jamais payer quoi que ce soit suite à un simple message reçu.

Car non, vous n’avez pas non plus hérité d’un million d’euros de cet inconnu à l’orée de la mort...