La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    41 587,70
    +421,64 (+1,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,51 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Grâce à des caisses enregistreuses "magiques", un chef d’entreprise détourne presque 2 millions d’euros

Cyprien Tardieu
·1 min de lecture
Grâce à des caisses enregistreuses "magiques", un chef d’entreprise détourne presque 2 millions d’euros

Gérant de plusieurs boulangeries dans le Sud de la France, le chef d’entreprise déclarait seulement une infime partie de ses recettes. Il pourrait avoir détourné 1,9 millions d’euros au fisc.

Son stratagème doré a brutalement pris fin. Un gérant de plusieurs boulangeries de la Côte d’Azur a été renvoyé en correctionnelle pour avoir détourné 1,9 millions d’euros. Cette escroquerie, révélée par Nice-Matin, a permis au chef d’entreprise de mener la belle vie pendant quasiment un an et demi.

VIDÉO - Chômage partiel : 225 millions d’euros détournés

La sombre affaire démarre il y a dix-huit mois lorsque le gérant fait l’acquisition de plusieurs caisses enregistreuses qu’il parvient à pirater. Ce tour de magie totalement illégal lui permet alors de minimiser le chiffre d’affaires déclaré au fisc pour s’enrichir.

En plus de cette pratique, le dirigeant peu scrupuleux payait de nombreux salariés au noir. Autant d’argent supplémentaire qu’il ne versait pas à l’administration fiscale. Des combines qui lui auraient permis de toucher jusqu’à 100 000 euros par mois, d’acheter une villa au bord de l’eau et des chevaux de course, affirme le quotidien régional.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir toutes les infos utiles pour votre quotidien

Cinq ans de prison requis

Le procureur de la République a requis à l’encontre du chef d’entreprise cinq ans de prison dont trois avec sursis, 350 000 euros d’amende, la confiscation de sa villa et l’interdiction de quitter le territoire ou de gérer une entreprise, précise Nice-Matin.

Des doutes sur le début de l’affaire persistent. Le procureur de la République juge possible que le détournement de fonds ait commencé en 2011, au moment de la création des sociétés. Verdict attendu le 11 janvier.

Ce contenu peut également vous intéresser :