Publicité
La bourse ferme dans 14 min
  • CAC 40

    8 086,13
    -55,33 (-0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 025,26
    -21,73 (-0,43 %)
     
  • Dow Jones

    39 857,70
    -15,29 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0838
    -0,0021 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    2 397,50
    -28,40 (-1,17 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 566,44
    -219,73 (-0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 519,61
    -6,81 (-0,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,28
    -0,38 (-0,48 %)
     
  • DAX

    18 683,44
    -43,32 (-0,23 %)
     
  • FTSE 100

    8 357,59
    -58,86 (-0,70 %)
     
  • Nasdaq

    16 849,55
    +16,92 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    5 321,71
    +0,30 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2724
    +0,0012 (+0,10 %)
     

Arnaqués par un faux couvreur, ils perdent près de 20 000 euros

Kévin Comte

Ce n'est pas une nouveauté, les arnaques dans le secteur de la construction sont légion. Dernier exemple en date, celui d'un couple d'Angers, Corinne et Jean (les prénoms ont été changés), qui ont été victimes d'une escroquerie au faux couvreur. En médiatisant leur mésaventure dans les colonnes de Ouest France, ils souhaitent partager leur expérience pour sensibiliser les personnes vulnérables.

Les faits remontent au 6 décembre 2023. Prétextant un chantier voisin, un individu se faisant passer pour un couvreur approche Jean, le mari retraité, devant leur domicile. Les arguments de l'imposteur finissent de convaincre Jean qui l'autorise à accéder au toit de la maison. Rapidement, le faux couvreur «découvre» plusieurs ardoises soi-disant endommagées et des voliges endommagées par des larves; un argumentaire qui persuade Jean de commencer les réparations. En une série de visites, le couple se voit soutirer la somme de 18 400 euros pour des travaux fictifs.

S'apercevant de la supercherie après avoir examiné le faux devis fourni, Corinne et Jean réalisent qu'ils ont été victimes d'une escroquerie sophistiquée. L'entreprise mentionnée n'est pas répertoriée, et le numéro de SIRET est inexistant. Se sentant floués, le couple contacte l'Association Force Ouvrière Consommateur 49 pour obtenir de l'aide. «On les a menacés de lancer une procédure contre eux. Ils ont fait traîner jusqu’au mois d’avril où l’on a fini par tomber d'accord sur la somme de 8 000 euros et j’ai signé une lettre de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Syndic d’intérêt collectif : un concept porteur pour les copropriétés en difficulté
Immobilier : où se situe la rue la plus chère de Bretagne ?
Mon fils étudiant reste moins d’un an dans son logement : doit-il financer l’entretien de la chaudière ?
Crédit immobilier : cette proposition pourrait changer la vie de ceux qui ont contracté un prêt à taux très bas
«Une histoire à dormir debout» : elle vit incognito sur le toit d’un supermarché