La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 526,74
    +206,76 (+0,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Après les pharmacies, les hôpitaux face à la pénurie de médicaments

sudok1/Adobe Stock

Depuis quelques mois, les Français, souvent des parents, sont confrontés à la même réponse chez un pharmacien : rupture. Qu'ils cherchent des antibiotiques comme l'amoxicilline, ou du a, c'est le parcours du combattant pour en dénicher. Pourtant, fin novembre, le ministre de la Santé, François Braun, avait glissé qu'un retour à la normale était "difficile à dire", mais précisait qu'il interviendrait "dans les semaines, les mois qui viennent". Ce sera donc plutôt dans les mois à venir. Car depuis le début de l'année, des pharmaciens-préparateurs en fabriquent eux-mêmes. Une quarantaine d'officines ont reçu l'autorisation de les fabriquer pour faire face à la rupture des stocks.

Mais le problème ne se cantonne pas aux pharmacies. Des médecins d'hôpitaux tirent la sonnette d'alarme dans Le Parisien face à une situation qui devient de plus en plus compliquée. Par exemple, du matériel de base, comme les cathéters pour les perfusions, est introuvable, un "type particulier que l’on utilise chez les patients les plus graves afin de mesurer les pressions dans le cœur et l’artère pulmonaire", précise le vice-président de la Société française d’anesthésie et de réanimation (il travaille à la Pitié-Salpêtrière), Jean-Michel Constantin. Selon lui, depuis dix jours, il n'y en a plus. Idem pour un infirmier du Nord qui préfère rester anonyme, mais dont les cathéters pour les dialyses manquent à l'appel.

Résultat, il faut passer au système D, et pour ces patients, au lieu d'être piqués au cou, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En Chine, la pénurie de traitements contre le Covid pousse la population à se tourner vers le marché noir
RATP : un ingénieur compile les retards du réseau et le bilan est exécrable
Des pirates informatiques visent des hôteliers et des clients de Booking.com
Noël Le Graët a-t-il bien géré les finances de la Fédération française de football ?
Privés d'électricité pendant plusieurs jours, ils demandent des comptes à EDF