Publicité
Marchés français ouverture 1 h 12 min
  • Dow Jones

    38 239,98
    +253,58 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    15 451,31
    +169,30 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    37 521,14
    +82,53 (+0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,0654
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    16 814,25
    +302,56 (+1,83 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 493,89
    +305,48 (+0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 400,70
    -5,29 (-0,38 %)
     
  • S&P 500

    5 010,60
    +43,37 (+0,87 %)
     

Alain Bernard : «La médaille aux JO de Pékin a changé ma vie»

Capital / Abaca

C’est l’un des plus grands nageurs français de l’Histoire. En remportant le titre olympique sur 100 mètres nage libre aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, Alain Bernard s’est hissé au rang d'icône du sport français. Pourtant, avant de connaître la notoriété et d’entrer dans les foyers des Français, le natif d’Aubagne a galéré durant de longues années, dans un un sport peu médiatisé où il est extrêmement difficile de gagner sa vie.

Dans le cadre de notre série de reportages à l’approche des Jeux olympiques de Paris, nous sommes partis à la rencontre d’Alain Bernard. L’ancien recordman du monde nous a raconté comment la médaille d’or a changé sa vie. Galères financières, notoriété soudaine, premiers contrats signés avec ses sponsors et nouvelles opportunités rendues possibles grâce à la médaille : Alain Bernard se livre pour Capital et n’élude aucune question.

A quoi ressemblait votre vie avant la médaille d’or aux Jeux de Pékin en 2008 ?

Alain Bernard : Il faut savoir qu’en France, il n’existe pas de statut professionnel de nageur de haut niveau, c’est une triste réalité. Les années qui ont précédé ma médaille olympique étaient très compliquées sur le plan financier. A part quelques primes de résultat de la part de la fédération et de mon club, je n’avais quasiment aucune aide financière. Après avoir passé mon bac, j’ai pris une année sabbatique pour essayer de me consacrer entièrement à mon sport et me qualifier pour les Jeux d'Athènes en 2004, mais je n’y suis pas parvenu. J’ai (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un couple a vécu à Disneyland sans se faire repérer des visiteurs
Louvre : «La Joconde» élue chef-d'œuvre «le plus décevant» au monde
Olivier Véran bientôt médecin esthétique : découvrez la clinique des Champs-Élysées dans laquelle il va exercer
Kate Middleton face au cancer : ce que l’on sait de son traitement de chimiothérapie préventive
Comment devenir bénévole aux Restos du cœur ?