Publicité
La bourse ferme dans 5 h 9 min
  • CAC 40

    8 032,97
    +100,36 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 961,32
    +44,33 (+0,90 %)
     
  • Dow Jones

    37 798,97
    +63,86 (+0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    +0,0025 (+0,23 %)
     
  • Gold future

    2 405,90
    -1,90 (-0,08 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 171,11
    +200,19 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,56
    -0,80 (-0,94 %)
     
  • DAX

    17 897,67
    +131,44 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 861,37
    +41,01 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    15 865,25
    -19,77 (-0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 051,41
    -10,41 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    37 961,80
    -509,40 (-1,32 %)
     
  • HANG SENG

    16 251,84
    +2,87 (+0,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,2470
    +0,0043 (+0,34 %)
     

Airbnb : les règles à respecter pour pouvoir louer à Paris pendant les JO

Illustration Capital / Freepik

Les Parisiens se frottent les mains. L’accueil des Jeux olympiques dans la capitale, du 26 juillet au 11 août, leur fait miroiter d’importants revenus locatifs. Car les logements se louent à prix d’or sur les principales plateformes de locations touristiques telles qu’Airbnb, Abritel ou Booking. Propriétaires comme locataires ont ainsi la tentation de vouloir louer leur bien pendant la période, bien qu’ils ne connaissent pas encore la manière dont ces revenus seront imposés…

Toutefois, pour pouvoir louer en toute sécurité juridique, il est indispensable de connaître les règles liées à la location touristique à Paris. Que vous soyez propriétaire d’une résidence principale, d’une résidence secondaire, ou simple locataire, voici les règles à respecter pour louer votre bien pendant les JO en toute légalité, selon votre situation.

Si vous êtes propriétaire d’une résidence principale à Paris, la première règle à respecter en cas de location touristique est simple. Il vous est - sauf exceptions - impossible de louer plus de 120 jours par an votre logement. «Si vous dépassez cette limite, vous vous exposez à 10 000 euros d’amende par année de dépassement», fait savoir Maître Lorène Derhy, avocate spécialiste des contentieux liés aux locations touristiques.Il existe toutefois, en théorie, trois situations rares (et risquées d’un point de vue juridique) permettant de dépasser cette limite de 120 nuitées louées par an : la «raison de santé», la «raison professionnelle» et le «cas de force (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Location saisonnière : après Airbnb, une nouvelle assurance pour protéger les propriétaires
Immobilier : cette ville, située à 1h30 de Paris, regorge de bonnes affaires
Immobilier à Paris : découvrez les arrondissements où acheter à prix bas
Une chapelle dans les Vosges à la vente pour un peu moins de 600 000 euros
Quel bail faut-il choisir lorsqu’on décide de louer son logement à un étudiant ?