Publicité
La bourse ferme dans 6 h 9 min
  • CAC 40

    8 128,26
    -67,70 (-0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 041,81
    -32,53 (-0,64 %)
     
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    +0,0013 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    2 422,70
    -15,80 (-0,65 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 314,78
    +3 750,68 (+6,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 524,75
    +36,21 (+2,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,16
    -0,64 (-0,80 %)
     
  • DAX

    18 676,11
    -92,85 (-0,49 %)
     
  • FTSE 100

    8 389,67
    -34,53 (-0,41 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,2716
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Des agriculteurs s'opposent aux tomates importées du Maroc : action dans les supermarchés

Ekaterina Goncharova

Une nouvelle protestation agricole. Des agriculteurs ont exprimé leur mécontentement, vendredi 26 avril, en manifestant contre «la concurrence déloyale» des tomates marocaines, rapporte Le Parisien. Une dizaine de producteurs de tomates ont ainsi collé des autocollants indiquant «Maroc» sur des tomates vendues notamment dans une grande surface située près d'Agen, dans le Lot-et-Garonne. Une action destinée à mettre sous les yeux des consommateurs la provenance de ces produits.

Les producteurs de tomates ont jugé que ces fruits venus du Maghreb sont «surreprésentés sur les étals». Selon l’organisation Légumes de France, l’association des producteurs de légumes de la FNSEA, cette situation serait due à des «accords douaniers inopérants» et à des indications concernant l’origine des fruits et légumes «insuffisantes» dans les commerces de l’Hexagone.

En collant des étiquettes sur les tomates visées par les producteurs, il s’agit de «sensibiliser le consommateur», mais surtout de «mettre en avant» la production française. Les manifestants estiment que l’étiquetage est un levier très efficace pour revaloriser leurs produits, alors que l’origine des tomates cerises, par exemple, n’est inscrite qu’«en tout petit sur le côté de la barquette», a regretté Nathalie Binda, une agricultrice de la région, écrit le journal.

Les producteurs dénoncent également les prix appliqués sur les produits venus de l’étranger, plus bas, grâce au coût moindre onéreux de la main d’œuvre, notamment au Maroc, (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Il achète des boucles d’oreilles Cartier à 28 euros au lieu de… 28 000 euros !
Dans cette commune, les habitants sont privés d’Internet et de téléphone depuis plus d’un mois
Notation de la dette : «Les investisseurs ont confiance dans notre pays», estime Gabriel Attal
Airbus : comment l'avionneur parvient-il à acheter du titane russe ?
Espace : des astronomes amateurs découvrent 1 000 astéroïdes grâce aux archives d’Hubble