Publicité
La bourse ferme dans 7 h 12 min
  • CAC 40

    7 829,29
    -35,41 (-0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 017,53
    -16,90 (-0,34 %)
     
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0812
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    2 330,50
    -24,30 (-1,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 597,95
    +150,03 (+0,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 425,67
    +12,71 (+0,90 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,41
    -0,09 (-0,11 %)
     
  • DAX

    18 526,16
    -104,70 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    8 198,31
    -17,17 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    18 115,02
    +177,18 (+0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2791
    -0,0009 (-0,07 %)
     

Affaire des cabinets de conseil : pourquoi le ministère de la Santé a-t-il été perquisitionné ?

Pymouss/Wikimedia Commons

Perquisitions au 14 avenue Duquesne ce mercredi 29 mai. Ces perquisitions ont eu lieu dans le cadre de l'enquête faisant suite à la publication du rapport de la commission d'enquête du Sénat sur «l'influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques», a-t-on appris de source judiciaire. Ces perquisitions ont été menées par les gendarmes de la section de recherches et des juges d'instruction financiers, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte le 21 octobre 2022 pour favoritisme et recel de favoritisme, a précisé cette source, confirmant une information du Monde. Elles se sont terminées en fin d'après-midi et d'autres perquisitions ont aussi eu lieu dans une autre administration et dans des lieux privés, selon une source proche du dossier.

Aucune mise en examen n'est intervenue à ce stade, a ajouté la source judiciaire. Sollicité, le ministère de la Santé n'a pas donné suite dans l'immédiat. Le 17 mars 2022, les sénateurs Eliane Assassi (communiste) et Arnaud Bazin (Les Républicains) avaient présenté un rapport au vitriol contre le recours par l'Etat aux cabinets de conseil. Un phénomène «tentaculaire» dont le coût pour les finances publiques a grimpé en 2021 à près de 900 millions d'euros, tous opérateurs publics confondus. Les cabinets sont «intervenus sur la plupart des grandes réformes» du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, mais aussi dans la gestion de la crise sanitaire ou l'organisation de colloques, soulignait le rapport.

Publié (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Guerre en Ukraine : la France va-t-elle franchir toutes les «lignes rouges» ?
Grève à la RATP : pagaille en vue dans le RER A ce vendredi 31 mai
Titanic : un milliardaire défie le destin moins d’un an après l’explosion du Titan
Se rendre en métro à l'aéroport d'Orly, avec la ligne 14, coûtera plus cher
PSG vs Mbappé : vers des sanctions FIFA et une rupture de contrat explosive ?