La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 272,49
    -138,66 (-0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Achat en ligne : trois conseils pour éviter les manipulations des sites marchands sur internet

Image d'une main manipulant l'esprit d'une personne
Image d'une main manipulant l'esprit d'une personne

Dans le jargon de l'internet, on parle de « dark patterns ». En bon français, on parlerait de « technique manipulatrice ». Nous y avons tous été confrontés, à un moment ou à un autre, au cours d'un achat en ligne. La plus fréquente, sans doute, est l'ajout d'une mention du type « plus que 4 billets disponibles à ce prix », lors de la réservation d'un voyage par exemple. Elles peuvent prendre de nombreuses autres formes. « De nombreux sites, applications, réseaux sociaux ou moteurs de recherche utilisent des éléments graphiques (couleur, taille des boutons...) ou des procédés techniques ou psychologiques pour vous pousser à acheter, cliquer, vous abonner ou fournir vos données personnelles contre votre gré », détaille le Centre Européen des Consommateurs (CEC) dans un communiqué.

Ces techniques flirtent avec les limites de la légalité, quand elles ne les transgressent pas. « Certaines [d'entre elles] peuvent être considérées comme des pratiques commerciales déloyales », alerte Bianca Schulz, responsable du CEC France. « C'est, par exemple, le cas si un site affiche une livraison gratuite, mais qu'elle vous est facturée dans le prix final, ou encore si un site affiche des prix très attractifs pour des produits qui ne sont pas en stock ».

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Impôts : comment décrypter le calcul casse-tête de fin de déclaration
- Epargne salariale : un poids lourd du secteur prend une grosse amende
- Immobilier : louer sa cave, un bon plan pour arrondir ses fins de mois

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles